Trouver le locataire bon payeur, calme, poli, conciliant avec le voisinage… : tous les propriétaires en rêvent ! Mais trouver la perle rare n’est pas toujours facile. Choisir un locataire demande du bon sens, du temps et beaucoup de précautions !  Un mot d’ordre : vérifier la solvabilité des candidats à la location.

 

Comment trouver un locataire ?

Pour trouver un locataire, un propriétaire peut faire les démarches lui-même ou faire appel à un professionnel. Quelle solution choisir ?

Pour trouver un locataire, deux solutions s’offrent aux propriétaires.

La première, chercher de particulier à particulier. C’est la solution la plus économique, mais également la plus chronophage. Le propriétaire s’occupe de tout. Il rédige l’offre de location, la met en ligne ou dans la presse spécialisée, fait visiter le logement, vérifie la solvabilité des locataires, rédige le bail et le fait signer, réalise l’état des lieux et enfin s’occupe de la gestion courante du logement. L’avantage de cette solution est la proximité bailleur-locataire qui, dans bien des cas, est bénéfique.

La seconde solution est de faire appel à une agence immobilière ou à tout autre intermédiaire. Le propriétaire gagne en temps, mais pas en argent. Un professionnel s’occupe de la mise en location, de la recherche de candidats locataires, des visites, de la vérification de la solvabilité, de la rédaction et la signature du bail… Et assure ensuite la gestion locative au quotidien. Le locataire est alors en relation avec l’agence et non pas avec le propriétaire.

 

Check list : le dossier du locataire

Pour constituer le dossier de son locataire, un propriétaire peut demander certains documents. Il s’assure ainsi du sérieux et de la solvabilité du candidat à la location.

Le propriétaire est en droit d’exiger un certain nombre de documents pour s’assurer de choisir le bon locataire. Solvabilité, identité, sérieux, que pouvez-vous demander pour constituer le dossier de votre locataire ?

Pour vous assurer de sa solvabilité :

  • les trois derniers bulletins de salaire ;
  • le contrat de travail (CDD, CDI, intérim…) ;
  • une attestation employeur si le locataire ne peut fournir l’un des documents précités ;
  • le dernier avis d’imposition ;
  • les trois dernières quittances de loyer ;
  • un relevé d’identité bancaire.

Pour vous assurer de son sérieux et de son identité :

  • une copie de sa pièce d’identité (carte d’identité, passeport…) ;
  • une copie de la pièce d’identité, des trois derniers bulletins de salaire et de l’avis d’imposition des garants du locataire.

A contrario, le dossier d’un locataire ne peut contenir :

  • une copie de relevé de comptes bancaires ;
  • une autorisation de prélèvement automatique ;
  • une photo d’identité ;
  • une carte d’assuré social ;
  • un dossier médical ;
  • un extrait de casier judiciaire ;
  • un chèque de réservation.

 

Comment trouver le bon locataire ?

Entre les impayés de loyer et les dégradations, la recherche d’un bon locataire est devenue indispensable. Voici quelques conseils.

Pour que votre investissement immobilier soit rentable encore faut-il trouver un bon locataire qui paie régulièrement ses loyers. Voici quelques clés pour trouver la perle rare.

Pour trouver et choisir un bon locataire, n’hésitez pas à vous renseigner sur la solvabilité des candidats à la location et sur leur situation professionnelle. Pour vous assurer que votre locataire paiera son loyer, il est recommandé de lui demander de fournir ses derniers bulletins de salaire, son contrat de travail et ses derniers avis d’imposition. Ces documents vous permettront de vous garantir que le locataire a une situation financière et professionnelle stable.

Toutefois, l’habit ne fait pas le moine et une personne de bonne situation peut être un mauvais payeur. Pour vous assurer du sérieux de votre bon locataire, vous êtes en droit de lui demander les coordonnées de son ancien bailleur. Ce dernier pourra vous renseigner sur le caractère du locataire et sur sa régularité et son sérieux dans le paiement des loyers. Vous pouvez même demander au candidat locataire qu’il vous fournisse ses dernières quittances de loyer pour vous rassurer.

Les bons locataires sont durs à trouver, alors n’hésitez pas également à demander une caution. La caution est une personne qui se porte garante pour le paiement des loyers. En cas de défaillance de votre locataire vous aurez la possibilité de vous retourner vers la caution pour obtenir paiement de votre dû.

 

Couple, célibataire ou colocataire ?  

À qui louer une fois son investissement locatif réalisé ? À un célibataire tranquille ? À un couple aux revenus fixes ? À des colocataires aux revenus solidaires ?

Logiquement, une fois votre investissement locatif réalisé, vous voulez vous assurer que tout se déroulera bien. Que vous toucherez vos loyers, mais aussi que le logement ne sera pas dégradé, que le voisinage n’aura pas à se plaindre de votre locataire… En fonction de vos attentes, certains profils de locataires sont à privilégier. Comment choisir, par exemple, si vous donnez préférentiellement vos clés à un couple, à un célibataire ou à des colocataires ?

Louer votre logement à un couple

Donner son bien à louer à un couple présente des avantages et des inconvénients. Le principal avantage est une double sécurité. Deux occupants donc deux revenus, c’est mathématique. Si l’un des deux conjoints ne peut pas payer, il y a des chances que l’autre le puisse. Ils s’arrangeront donc entre eux sans que vous n’ayez à intervenir.

Par contre, louer à un couple présente aussi des désavantages, surtout s’il est jeune. Les 25-35 ans sont enclins à déménager plus souvent. Mutation professionnelle, envie de changer de région, famille qui s’agrandit, n’espérez pas garder vos locataires des années durant, surtout si vous louez un petit logement.

Louer votre logement à un célibataire

Si vous louez votre bien à un célibataire dont les revenus sont trois fois supérieurs au montant du loyer, vous avez peu de risque d’être confronté à un défaut de paiement. De plus, une personne vivant seule dans un logement n’est, normalement, pas bruyante au quotidien. Le voisinage ne vous posera donc pas de problème.

A contrario, la vie est faite d’imprévus. Et une personne seule confrontée à une perte d’emploi, par exemple, aura plus de mal à honorer ses loyers, menant parfois à des situations d’impayés.

Louer votre logement à des colocataires

Faire le choix de laisser son logement à la location en colocation est une option à étudier sérieusement. De nombreux propriétaires la retiennent pour son avantage premier : les colocataires sont très souvent des étudiants dont le loyer est honoré par les parents. Ainsi, les risques d’impayés sont limités.

Mais attention, qui dit colocation étudiante dit vie étudiante. Et c’est là que parfois les choses se gâtent. Soirées, heures décalées, tapage nocturne, dégradations… Essayez de cerner le profil de vos locataires avant de leur donner les clés !

 

Louer à un couple : les règles en vigueur

Concubins, époux, couple pacsé… : qui doit signer le bail et quels sont les droits et devoirs de chacun lorsqu’un couple loue un logement ? Nos explications.

Louer un logement à un couple impose des règles particulières, tant au bailleur qu’aux locataires. Décryptage.

Il faut tout d’abord savoir que des époux seront automatiquement cotitulaires du bail. Ainsi, si l’un des époux a signé le contrat, l’autre sera également engagé. C’est également le cas si le bail a été signé avant le mariage. En cas de séparation, seul un divorce peut mettre un terme à la cotitularité du bail.

Si le couple est pacsé, il leur faudra signer tous deux le bail de location pour en être cotitulaires. Dans le cas où un seul des conjoints signerait le contrat, il serait légalement le seul titulaire du bail. Les concubins, quant à eux, ont la possibilité de tous les deux signer le contrat ou qu’un seul le fasse. Dans le premier cas, les deux signataires seront locataires et auront tous deux des droits et des obligations vis-à-vis du logement loué. Dans le second cas, seule la personne signataire sera considérée comme locataire. Son conjoint sera alors uniquement hébergé et ne bénéficiera d’aucun droit sur le logement.

Si un concubin ou un partenaire pacsé souhaite apparaître sur le bail par la suite, il est possible d’en faire la demande au propriétaire. Ce dernier n’a pas l’obligation d’accepter, mais peut néanmoins y trouver un intérêt. En effet, il aura plus de garanties avec deux personnes cotitulaires du bail qu’avec une seule personne.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire