Renégocier votre crédit immobilier : attention aux pièges

Les conditions sont bonnes et vous avez un peu de temps devant vous pour préparer vos arguments, alors vous avez décidé de renégocier votre prêt immobilier ? Bonne idée… A condition de vous méfier de ces potentiels litiges repérés par l’UFC-Que choisir.

La hausse des frais

Les frais d’avenant sont automatiques dans le cadre de la rédaction d’un ajout au contrat initial du crédit immobilier qu’entraîne une renégociation de prêt. Mais ils ont bondi de 43 % entre 2012 et 2017 et varient énormément d’un établissement à l’autre. L’UFC-Que choisir note ainsi qu’ils passent de la somme raisonnable de 90 euros à la Caisse d’épargne d’Alsace… A 1 500 euros chez la Banque populaire du Nord !

La souscription de produits

Réaménager votre prêt, pourquoi pas… Mais à condition de souscrire des produits accessoires. Voilà ce que proposent certaines banques, poussant les emprunteurs à signer pour une assurance habitation, une acquisition de parts sociales dans une manque mutualiste, ou encore une nouvelle carte bancaire s’ils veulent obtenir de meilleures conditions pour leur crédit.

Le cas particulier du rachat de crédit

Plutôt que de faire jouer la concurrence entre les banques, certains décident de profiter des conditions favorables pour racheter leur crédit eux-mêmes, c’est-à-dire de rembourser le montant restant plus tôt. Une pénalité légale est alors prévue (l’indemnité de remboursement anticipé), mais d’autres coûts viennent parfois s’y ajouter, comme des frais de mainlevée en cas d’hypothèque, des frais de dossier ou des frais de décompte de remboursement anticipé.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Un commentaire

  • max perry 29 août 2017   Répondre →

    Qu’est-ce que veut dire l’UFC-Que?

Laisser un commentaire