PTZ 2016 : Opération séduction pour attirer les acheteurs

Le PTZ 2016 connaîtrait déjà du succès avec des demandes en hausse par rapport à début 2015. Quelles sont les nouvelles conditions ? Le dispositif est-il vraiment plus avantageux ? Le point pour sur la nouvelle cuvée du prêt à taux zéro.

Bonne nouvelle pour les candidats à l’achat, ceux qui doutaient, ou encore ceux dont la situation ne correspondait pas à l’ensemble des critères… Depuis janvier dernier, le PTZ a été élargi et ses conditions d’attribution assouplies. Premier grand changement : le dispositif permet de financer  40 % du montant du bien contre 18 à 25 % en 2015. Mais surtout il ne concerne plus uniquement l’immobilier neuf et s’étend désormais à l’ancien sur l’ensemble du territoire. Seul bémol : l’opération d’acquisition devra inclure 25 % de travaux à réaliser dans les trois ans suivant l’achat, devis et factures à l’appui.

Plus de ménages concernés

Pour qu’un plus grand nombre de ménages puissent accéder au PTZ, les plafonds de revenus pris en compte ont été relevés. Ainsi, un couple avec deux enfants devra justifier de revenus inférieurs à 74 000 € au lieu de 72 000 € en zone A, 60 000 € au lieu de 52 000 € en zone B1, 54 000 au lieu de 48 000 € en zone B2 et 48 000 € contre 44 000 € en zone C. Les ménages pourront désormais rembourser leur prêt avec un délai différé de 5, 10 ou 15 ans en fonction de leurs revenus. Enfin, leurs mensualités seront réduites avec une durée du prêt de 20 ans minimum.

Avec de telles conditions, le PTZ 2016 risque bien de connaître davantage de succès que ceux des années précédentes !

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire