Prélèvement à la source, quid des revenus fonciers ?

Le prélèvement à la source arrive, et avec lui de nombreuses questions sur son fonctionnement, notamment du côté de l’immobilier : quelles sont les conséquences de cette initiative sur l’imposition des revenus fonciers des particuliers ?

Première chose à savoir sur le prélèvement à la source : 2018 est une année blanche, ce qui signifie que la plupart des revenus perçus cette année ne seront pas imposés, même s’ils devront bel et bien être déclarés en 2019. Cela concerne aussi les revenus fonciers.

Quel mode de paiement ?

Chaque mois ou trimestre, selon votre choix, un acompte sera prélevé directement sur votre compte bancaire, en plus des prélèvements sociaux qui s’élèvent à 17,2 %. Pour l’heure, c’est le taux d’imposition du foyer fiscal qui s’applique. Pour la période septembre 2019 à décembre 2019, un nouveau taux s’appliquera selon les revenus 2018.

Et pour la déductibilité des travaux ?

Les travaux sont impactés : pour éviter que les propriétaires ne reportent les travaux à 2019, le gouvernement a annoncé que les travaux réalisés en 2018 seront déduits des revenus fonciers de 2019 à 50 %, et que les travaux 2019 seront eux aussi déduits à 50 % de ces mêmes revenus fonciers. Deux exceptions à la règle : les travaux d’urgence et ceux réalisés sur un bien acheté dans l’année. Il faudra attendre 2020 pour que les déductions reprennent leur cours habituel et leur taux à 100 %. En bref, si vous avez des travaux non urgents à effectuer, mieux vaut prendre votre mal en patience et les lancer en 2020.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  • 88
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire