Paris, réservée aux célibataires et aux couples sans enfant ?

Silhouette_Tour_Eiffel_Champ de MarsLes prix de l’immobilier à Paris et dans les centres urbains font fuir les familles, d’après les résultats d’une récente étude publiée par Meilleurtaux.com. Ces zones sont-elles désormais réservées aux foyers sans enfant ? On fait le point.

Difficile de devenir propriétaire à Paris pour les familles ? La réponse est oui ! En effet, selon Meilleurtaux.com, les couples avec deux enfants ou plus qui achètent dans la capitale ne représentent que 13 % des acquéreurs. En cause ? Le prix du mètre carré, à savoir 9 000 € en moyenne. Plus on est nombreux, plus on a besoin d’espace. Et Paris n’est manifestement pas le lieu idéal pour acquérir un bien plus spacieux quand la famille s’agrandit. Ainsi, les ménages qui achètent un logement à Paris sont en moyenne composés de 1,9 personnes, et ceux qui optent pour le reste de l’Île-de-France en moyenne de 2,3 personnes.

La course aux mètres carrés

Les familles ont largement tendance à partir de Paris après la naissance de leur premier enfant d’après l’étude menée par Meilleurtaux.com, qui s’est basée sur des chiffres de l’INSEE. En effet, 7 naissances sur 10 correspondent à un premier enfant à Paris contre 5 sur 10 dans le reste de l’Île-de-France. Par ailleurs, les résultats permettent de constater que les moins de 30 ans devenant propriétaires se logent dans moins de 85 m2, alors que les 30-45 ans ont besoin de près de 100 m2. Si la superficie moyenne a diminué entre 2011 et 2013 pour les ménages de plus de 4 personnes, il n’en demeure pas moins qu’acheter à Paris relève de l’utopie pour beaucoup de candidats à l’achat !

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

3 Commentaires

  • AliceR 14 mai 2014   Répondre →

    D’accord avec Danidan… aux charges fixes, on peut encore rajouter la taxe d’habitation, la cantine scolaire, l’assurance habitation, les frais de tenue de compte bancaire, le coût d’entretien d’un véhicule… au bas mot, c’est plutôt aux alentours de 1 500 € de charges fixes à condition de n’avoir pas de remboursements d’emprunts… Et dans beaucoup de grandes villes, les villes littorales ou un peu touristiques ou branchées, les loyers grimpent… Effectivement, il ne faut pas s’étonner que la plupart des centres-villes soient désertées par les familles alors qu’en périphérie, les promoteurs proposent pavillons et petits immeubles à bon marché et en apparence coquets!

  • psection 30 avril 2014   Répondre →

    Pour Paris, vous avez raison…
    Mais pour les autres villes, vous exagérez. Avec un salaire moyen (1500 €), à Lyon, une des villes les plus chères, on peut trouver dans des quartiers agréables et non nocifs du 30-35 m2…
    Alors qu’à Paris, au mieux, c’est 12 m2 dans quartier pourri.

  • danidan 17 avril 2014   Répondre →

    Dans toutes les villes de France, le prix des loyers dépasse les 75% d’un revenu net moyen pour une personne soit 1200 euros net. Pour un revenu de ce type, il ne faudrait pas que le loyer dépasse les 35% du revenu soit 420 euros au plus grand maximum. Il ne faut donc pas s’étonner que les jeunes couples fuient Paris et les grandes villes pour des périphéries dotées de transport Urbain. Pour autant, les loyers de la grande couronne de la région parisienne atteiignent désormais en location aujourd’hui toujours pour une personne seule les 65% du même revenu. (1200 X 65% = 780 euros. Il n’est pas possible avec ce revenu d’obtenir une allocation logement. Il faut ajouter en moyenne pour la périphérie de la région parisienne les impôt locaux + contribution obligatoire TV 150 euros.
    Les charges locatives (moyenne variable 50 euros) soit 780+150+50= 980 euros.
    Sans véhicule il reste à payer
    Il reste à payer: l’imposition sur le revenu, l’EDF, l’eau, le chauffage, l’alimentation et les besoin hygiène, la mutuelle santé, et il ne reste que 220 euros. Essayez de survivre avec ce salaire messieurs (vous ne méritez pas la majuscule) du médef et puis nous en reparlerons.
    ET OUI Avec de tels revenus, il vaut mieux encore ne pas travailler, car il est plus facile avec les diverses aides de se nourrir et de se loger.
    Aujourdui avec un salaire de 1500 euros net dans une grande ville de France aucun propriétaire privé n’acceptera de vous louer autre chose que de l’insalubre et vous vous trouvez à la limite de la pauvreté.
    Il ne faut donc pas s’étonner de la montée de la délinquance et de la criminalité dans notre pays.
    Si vous pouvez me démontrer le contraire, à vos plumes!.

Laisser un commentaire