Mesures immobilières : un impact neutre ou négatif pour 71 % des Français

L’IFOP vient de sortir le quatrième volet de son étude sur les Français et l’accession à la propriété. Dans l’ensemble, la population n’est pas ravie des mesures immobilières prises par le gouvernement et a des choses à dire sur les priorités à venir.

A la question, « les différentes réformes économiques et fiscales engagées par Emmanuel Macron et le gouvernement auront-elles selon vous un impact positif ou négatif sur l’incitation à acheter un bien immobilier ? », seuls 29 % des participants au sondage de l’IFOP ont répondu positif… Et plus de 84 % ne savaient pas qui est ministre du Logement.

Des aides à multiplier

Alors que feraient les Français de leur côté ? Voici le top 3 des priorités sur lesquels ils aimeraient voir le gouvernement se pencher : 26 % favoriseraient l’accession à la propriété par des aides fiscales ou la baisse des droits de mutation ; 17 % amélioreraient la qualité des logements notamment grâce à des aides incitatives à la réhabilitation ou la rénovation ; 16 % accroîtraient les aides à la rénovation énergétique.

L’emploi pour booster l’immobilier ?

Pour inciter à acheter, 31 % faciliteraient l’accès au logement (location ou achat) pour les personnes en CDD, en intérim, ou non-salariées ; 27 % feraient baisser les frais de notaire ; et 17 % se concentreraient sur d’autres problématiques afin de créer un choc de confiance psychologique (mesures phares sur l’emploi, la fiscalité, l’économie numérique, la formation…).

Et vous, vous vous y prendriez comment ?

 

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Un commentaire

  • jylout 21 novembre 2017   Répondre →

    Arrêtons de donner pleins davantages à ces nantis qui profitent du système, avec retraite avant l’âge calculés sur de trop gros salaires,, des primes, enveloppes, déplacements frais sans contrôle, tout ça sur le dos des contribuables, puis les logements surdimensionnés avec la encore tous les avantages possibles, alors non à tout ça qu’on les mettent à égalité des contribuables, et ils comprendront mieux comment le citoyen normal à du mal à joindre les deux bouts. Qu’on leurs enlèvent tous ces privilèges et on verra s’ils se bagarre autant pour avoir un poste dans les conditions du français moyen,avec les mêmes taxes, et cotisations à payer pour être reconnu un minimum, et espèrer prétendre à une retraite après 45 années de travail, de labeur. Non stop aux logements et tous ces privilèges.

Laisser un commentaire