Louer trop cher nuit à la rentabilité de votre logement

New Home with Patio and Sunset ViewDeux économistes chercheurs de l’Edhec Business School se sont penchés sur les dysfonctionnements du marché locatif privé. Les résultats du rapport, datant de février dernier, entendent mettre en lumière le rôle nécessaire de la régulation.

Le taux de croissance des loyers dans le parc privé se situe entre 2,5 et 5 % depuis 2000 à Paris et en proche banlieue. En Province, l’évolution des loyers est en revanche plus lente. Mais, qui dit loyers en hausse, dit taux d’effort des locataires plus soutenu. Le ratio des dépenses des ménages consacrées au logement a ainsi augmenté de 3,1 points entre 1996 et 2006 alors qu’il ne s’élevait qu’à 0,6 points pour les accédants à la propriété et à 1 point pour les locataires du secteur social. Conséquences : si les bailleurs pensent se prémunir des coûts éventuels d’une location (dégradation, impayés, frais judiciaires,….) en fixant un loyer plus élevé, ils s’exposent néanmoins à des risques plus grands d’impayés, un taux de rotation plus élevé ainsi que des périodes de vacances du logement plus fréquentes et plus longues.

Un rendement moins intéressant

Quel que soit le type de bien, un loyer fixé entre 10 et 20 % au-dessus des prix du marché n’obtient pas un meilleur rendement qu’un loyer au prix du marché. À paris, les bailleurs ayant loué (entre 1996 et 2007) 10 % plus cher que la moyenne ont obtenu un rendement de 3,63 % et ceux ayant appliqué un tarif 20 % plus élevé ont atteint 3,61 %. Au prix du marché, ils auraient obtenu un rendement de 3,73 %.

Les deux chercheurs estiment qu’un observatoire des loyers et une garantie dégressive contre les loyers impayés doivent être mis en place. Des préconisations qui visent à inspirer les décisions prises dans le cadre de la loi Alur.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

3 Commentaires

  • wallou 27 mars 2014   Répondre →

    Dommage que l’on parle toujours de prix mais jamais de qualité du logement, et les comparer n’est pas toujours évident ..! Même certains locataires n’arrivent pas a ce décider pour faire leur choix, exemple nombreux placards dans toutes les pièce ou sans placards et cuisine intégrée, douche ou baignoire…ect..et cela joue sur le confort intérieur et donc le prix..!

  • charlye52 26 mars 2014   Répondre →

    je trouve scandaleux , que les propiétaires font payer a des locataires des loyers bien trop élevés, alors qu’il est plus sage de baisser leur prix et ainsi de profiter aux locataires de vivre aisement,pourquoi cet abus, je suis en pleine galère de trouver un loyer correct, tout est bien trop cher, faut rajouter les charges donc faut travailler une paye egal un loyer, prions a ce qu’il nous arrive de pas tomber malade,

  • Claude 26 mars 2014   Répondre →

    Un loyer ne se décrète pas, il ne peut que s’ajuster en fonction de l’offre et de la demande, parfois d’un côté de la rue et de l’autre, ou de tel à tel n°. Donc une loi ne peut pas répondre à ce genre de situation.
    Sinon, comment expliquer que les gens préfèrent payer deux fois plus chère une Audi, alors que dans la gamme Skoda il y a l’équivalent (même châssis, mêmes suspensions, même direction, même moteur, etc.) avec parfois en série ce qui est en options chez Audi!

Laisser un commentaire