Les élus et leurs logements sociaux

Alexis Corbière et sa famille ont annoncé leur intention de quitter leur HLM du XIIème arrondissement suite à la polémique, mais Danielle Simonnet, conseillère à Paris, ne compte pas suivre leur exemple.

Un logement de 83m2 avec balcon pour 1 300 euros par mois dans le nord-est de la capitale, soit 30 à 40 % moins cher que dans le parc privé, pour une conseillère de Paris dont les indemnités atteignent les 4 200 euros bruts : l’affaire fait rager depuis quelques jours. Et pourtant, impossible de reprocher quoi que ce soit à Danielle Simonnet, ni sur le plan légal, ni sur le plan déontologique. Le règlement déontologique adopté par la Régie immobilière de la ville de Paris en 2009 ne concerne en effet que les parlementaires et ministres, ce qui n’est pas le cas de l’élue de la France Insoumise.

Elle a eu droit à son premier logement social alors qu’elle n’était pas encore élue. Elle occupe son appartement actuel depuis 2003 et n’est devenue conseillère de Paris qu’en 2008. Sans compter que son logement entre dans la catégorie des loyers libres et non dans celle des HLM, ce qui aurait permis d’exiger un surloyer à partir du moment où elle aurait dépassé les conditions de ressources pour l’attribution d’un tel bien ou de lui retirer le logement au-delà de 200 % de revenus.

Malgré la polémique, Danielle Simonnet a bien l’intention de rester chez elle. Sa raison : « Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière. »

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  • 32
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

3 Commentaires

  • Patrick 14 novembre 2017   Répondre →

    Donc pour ne pas enrichir un propriétaire privé elle préfère priver une famille d’un logement descent! On devrait revoir chaque année les revenus des bénéficiaires de ces logements et les réaligner sur le privé si leurs revenus dépasse un certain seuil ou les faire partir pour laisser la place a quelqu’un qui en a vraiment besoin!

  • Mike 9 novembre 2017   Répondre →

    Elle s’habille et participe à l’exploitation des travailleurs qu’elle critique par ailleurs, voire à l’exploitation des enfants indiens, vietnamiens, chinois,…
    Ne parlons pas de ses achats en grande surface dont on connaît les marges au dépend des agriculteurs et les méthodes de management pourries, avec des bas salaires et des conditions de travail trés critiquables…
    Effectivement son excuse est plus que foireuse.

  • Percy 31 octobre 2017   Répondre →

    Bonjour l’excuse foireuse !
    Un autre devra bien “enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière” à sa place !

Laisser un commentaire