Les aides au logement, responsables de la hausse des loyers ?

Rising House PriceAlors que les aides au logement visent à donner un coup de pouce aux foyers les plus modestes, elles ont un effet inflationniste sur les montants des loyers privés. De plus, elles n’affectent ni le nombre de logements mis en location, ni la qualité du parc locatif.

En 2012, les pouvoirs publics ont consacré 15,8 milliards d’euros à l’APL (Aide personnalisée au logement), l’ALF (Allocation de logement familial) et l’ALS (Allocation de logement social) pour aider 5,7 millions de ménages à se loger. Alors que ces aides ont pour objectif de limiter l’effort des locataires ou de leur permettre d’accéder à des logements de meilleure qualité, l’Insee a constaté que plus leur montant est élevé, plus celui des loyers privés augmentent. Il ressort ainsi qu’il existe un écart de loyer de 5,3 %, soit 25 euros, entre des agglomérations d’un peu moins de 100 000 habitants (en zone 2) et celles d’un peu plus de 100 000 habitants (en zone 3).« Cet effet inflationniste serait d’autant plus fort que les bailleurs ont la capacité de connaître les locataires éligibles et perçoivent parfois directement ces aides », note l’organisme dans son rapport.

L’offre et la qualité des logement inchangées

Alors que le aides participeraient à l’augmentation des loyers, elles n’ont aucun effet sur la qualité  et l’offre du parc locatif. En effet, les logements mis en location en zone 2 ne sont pas plus nombreux qu’en zone 3. Enfin, selon une enquête antérieure, l’Insee constate que la surface des biens loués en zone 2 a baissé en moyenne de 2,3 % entre 2005 et 2012 et que la présence de salles d’eau dans les logements stagne (+0,3 %). Reste à voir si l’État prendra des mesures pour limiter les effets pervers de ces aides…

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

4 Commentaires

  • CLEMENT 20 décembre 2014   Répondre →

    ne pas oublier que l etat ponctionne 15.5% DE CSG+RDS SUR LES LOYERS

  • Renard 16 décembre 2014   Répondre →

    tous les propriétaires ne sont pas pareils.
    Je préfère de beaucoup un locataire stable et sérieux bénéficiant de l’AL parce que ayant de très faibles revenus et très souvent dans ce cas je propose un loyer très nettement minoré pour le fidéliser.

    Sans l’AL beaucoup de personnes seraient à la rue. Il faut être un peut plus sensé avant de lancer des propos qui pourraient pénaliser davantage des personnes qui le sont déjà.

  • Jordan 2 décembre 2014   Répondre →

    C’est clair ! J’habite à Saint-Germain-Laprade dans la Haute-Loire. Je loue un appartement de 40 m2 depuis deux ans déjà. Malgré l’APL, le loyer ne cesse d’augmenter. Je confirme ce qui est dit dans l’article. Je me demande bien à quoi sert cette aide si c’est toujours pareil ! Pourtant, rien n’a changé en parlant de qualité.

  • GAUD 25 novembre 2014   Répondre →

    Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il est malade.

    Si les propriétaires privés utilisent un effet d’aubaine occasionné par l’octroi d’aides aux logement pour les ménages (très) modestes, et majorent de ce fait les loyers,
    on peut légitiment penser, à l’inverse de ce que vous laissez supposer, que ce ne sont pas les aides au logement qui doivent être remises en cause, mais la politique de tarification des loyers aidés du secteur privé!

Laisser un commentaire