La santé insolente de l’immobilier…en 2011

Notaires-immobilierLes notaires viennent de publier leurs chiffres pour l’année 2011. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année dernière fut un bon cru !

858 200. Le nombre de transactions réalisées dans l’immobilier en France l’année passée a de quoi donner le tournis. Ce qui est certain, c’est qu’il a donné du pain sur la planche aux professionnels du secteur. Une envolée des achats, et donc des ventes, qui s’est accompagnée d’une autre flambée : celle des prix. Comme le précisent les notaires, ces derniers ont en effet augmenté en 2011, mais avec toutefois des inégalités. Paris et son agglomération ont affiché une santé insolente. Le prix des appartements anciens notamment dans la capitale ont connu un boum  de plus de +14%, avec un tarif au mètre carré de l’ordre de 8 390 euros ! 


Même son de cloche pour des grandes villes comme Bordeaux ou Lyon dont les appartements anciens ont flirté avec des hausses de 9% sur l’année. Et les maisons ne furent pas en reste. Des hausses significatives ont également marqué cette année 2011, avec par exemple + 9,4% à Nantes, + 8% à Toulouse…Donc, vous l’aurez compris, 2011 fut un excellent cru pour l’immobilier. Après un passage à vide en 2008 et 2009, le marché a commencé à se ressaisir en 2010 pour atteindre des sommets en 2011.

2012 au ralenti

Et maintenant ? La voilure est ralentie, contexte économique et politique oblige. La crise de la dette, la série de mesures fiscales amorcées il y a quelques mois par le Gouvernement, la plus grande difficulté d’octroi des crédits immobiliers et la plus fragile solvabilité des ménages donnent un coup de frein au secteur qui devrait voir le nombre de transactions, tout comme les prix, baisser en 2012. Mais ne tirons pas de conclusions hâtives, car le marché de l’immobilier en a déjà surpris plus d’un et il n’est pas à exclure que celui-ci retrouve de la vigueur dans les mois qui viennent, même si pour l’heure, la plupart des indicateurs sont au orange.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

5 Commentaires

  • Alexandre 17 avril 2012   Répondre →

    “Santé”, “vigueur”, “excellent cru”, que des termes de satisfaction pour qualifier une spéculation fondée sur la rareté du logement alors que des millions de compatriotes ne peuvent se loger décemment, et même, de plus en plus souvent, pas du tout. L’inhumain d’abord !

  • Malgré la crise, ce chiffre déroute un peu. Après on peut également se demander le contexte :
    prêt a taux zéro annulé pour l’achat du vieux
    hausse des crédit etc

  • ROSY 16 avril 2012   Répondre →

    Il y a de quoi être ecoeuré alors que la vie devient de plus en plus ardue, ne serait-ce que pour acheter son pain. Nous avons été dans l’obligation de vendre, mon mari artisan à la retraite, nous avions un local et vivions dans le local : Taxe Immobilière en 2011 : 1400 Euros et des poussières, pour une pension d’artisan de 500 Euros et la mienne 750 Euros. Elle est belle la France, nous sommes gouvernés par des RAPETOUTS

  • graind_sel 15 avril 2012   Répondre →

    non seulement insolente, mais surtout répugnante, car l’on sait que les premiers fautifs de l’inflation immobilière sont les agents immobiliers eux mêmes!

  • Claire Voyant 15 avril 2012   Répondre →

    Standar&Poor’s abaisse la note de l’immobilier!
    En annonçant de fortes baisses des prix.
    Il ne s’adresse pas aux classes moyennes!
    Il s’adresse aux riches investisseurs qui ont fait grimper les prix dans Paris en leur lançant un avertissement!
    çà sent le sapin pour l’immobilier.

Laisser un commentaire