Immobilier : Standard & Poor's table sur un fort recul des prix

BaisseAprès le Triple A et sa dégradation, l’agence de notation Standard & Poor’s s’intéresse au marché de l’immobilier français. Elle prédit un fléchissement des prix.

Les pronostics vont bon train. Alors que certains parient, comme le réseau Century 21, sur une stabilisation des prix dans l’immobilier après une légère baisse (-2,1 %), d’autres tablent sur leur baisse…conséquente. C’est le cas de l’agence de notation Standard & Poor’s qui vient de publier un rapport dans lequel elle trace les perspectives du marché immobilier pour les mois à venir. D’après cette étude, les prix de l’immobilier pourraient reculer jusqu’à -15% d’ici 2013, revenant ainsi à leur niveau de 2009. On sait que le secteur a connu une embellie après l’année « coup dur » de 2008, affichant même des prix et un nombre de transactions records en 2011 (858 000 pour être précis).


Solvabilité fragile et taux élevés

Une santé de fer soutenue notamment par des taux de crédits immobiliers bas. Mais, 2012 ne semble pas se présenter sous les mêmes augures. En ce début d’année,  les emprunts immobiliers ont fortement reculé : – 41 % en janvier et -49 % en février par rapport aux mêmes périodes l’année dernière. Un fléchissement dû, entre autres, à des conditions d’octroi de crédits plus difficiles, une solvabilité des ménages plus faible et une série de mesures fiscales moins favorables. Standard & Poor’s souligne, qu’aujourd’hui, la capacité d’emprunt des ménages français est revue à la baisse, de l’ordre de -7% et ce chiffre pourrait être accentué si les taux des crédits immobiliers augmentent, une forte probabilité selon l’agence qui anticipe des taux à 5% pour la fin de l’année.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

18 Commentaires

  • @sylvicrine, pourquoi ne pas adopter une solution plus exotique. Je veux dire beaucoup de ressortissants français s’installent de plus en plus à Marrakech. Imaginer vivre des vacances tout le restant de votre vie ? ça donne à réfléchir n’est-ce pas ??

  • Rene Ovize 10 mai 2012   Répondre →

    Ces propos sont sensés , ce qui n’est pas habituel, il est plus que temps d’informer le public des principes d’investissement en matière d’achat immobilier, ceci éviterait l’arnaque entretenue et rétablirait une forme de raison au risque de minimiser l’exploitation d’un système qui conduira forcement à un “clash”….Les agences…les banques…les prix de restauration….les associations de propriétaires et investisseurs de tout poil en seront responsables mai, il se seront enrichis..

  • Ppol 9 mai 2012   Répondre →

    2009-2011, crédit très bas “On” a acheté au maxi de ses possibilités en espérant louer pour récupérer un max.
    2011-2012, crise (pas prête de finir), difficulté à trouver des locataires, frais démultipliés, travaux hors de prix, beaucoup de logements vides.
    2012, les proprios serrent les fessent et ne lâchent que contraints et forcés C.à D dans les plus mauvaises condition, résultat la machine infernale est enclenchée et la voracité des agences ne fait qu’accentuer le phénomène.

  • sylvicrine 9 mai 2012   Répondre →

    mon mari et moi recherchons une maison à acheter, en province. or les biens immobiliers sont tous sur-évalués
    et bien souvent avec des travaux à prévoir, la plupart des maisons ont des systèmes de chauffage qui deviennent dépassés et coûteux . Je pense que les vendeurs sont en dehors du réel, bien souvent ils ne vendent pas leurs biens selon la valeur de celui-ci mais en fonction des besoins qu’ils ont pour un nouveau projet. à cet effet, nous choisirons de faire construire
    au moins nous aurons une maison récente BBC et avec un espace que nous aurons choisi.

  • hugues 6 mai 2012   Répondre →

    Une petite histoire simple pour comprendre le mécanisme de baisse ou de hausse des prix dans le marché immobilier.
    Albert doit impérativement se loger car ses priorités sont dans l’ordre respirer, manger et dormir. Albert est obligé pour vivre de satisfaire à ces trois obligations se sont les besoins vitaux. Il est donc obligé de disposer d’un logement soit en le louant soit en l’achetant.
    De l’autre côté Kévin est un bailleur (investisseur) tous ses besoins vitaux sont satisfait et plus encore. Kévin doit vendre (avec plus-value) ou louer son investissement pour tenter de devenir plus riche pour satisfaire d’autre besoins.
    Qui est le plus dans l’urgence de satisfaire ses besoins ? Et qui cèdera le plus vite ? En considérant qu’il manque 1 million de logements en France.
    Le marché est-il surévalué ? Je ne pense pas c’est le rapport de force entre vendeur et acheteur qui est complètement déséquilibré.
    immoneuf.blogspot.fr

  • Alice Bach 3 mai 2012   Répondre →

    En 1885 je louais à Paris un beau trois pièces au 13 rue de l’Espérance (75013) dans un immeuble en pierre 300 francs = 50 euros mensuels.
    Il faudrait que la presse rappelle les vrais chiffres, mais il y a une grande paresse et inertie des médias. En attendant la situation est explosive. Combien d’entre-vous gagnent (exigences actuelles pour louer) 3 fois le loyer moyen parisien, c’est à dire 1000 euros X 3 = 3000 euros
    Statistiquement il n’y a que 15 % des français qui gagnent ce montant. Alors expliquez-moi la suite de l’histoire….

  • Alice Bach 3 mai 2012   Répondre →

    Le salaire moyen des français est de 1400 euros: prenez vos calculettes! et les français ont la mémoire très courte. En 2002 on trouvait des centaines de maisons dans de très belles régions à 200 000 francs. Maintenant le moindre taudis prétends se vendre à 200 000 euros. Ma maison au Teich (Gironde) en bordure de voie ferrée a été vendue en 2003 90 000 euros et mes acquéreurs la revendent en 2012 330 000 euros. Les salaires n’ont pas suivit cette bulle spéculative. Je prédit comme Standard’s et Poors un effondrement des prix. Un vrai…

  • PIERRE 28 avril 2012   Répondre →

    Je suis (hélas) en accord avec les prévisions S&P :
    -plus valus sur 30 ans (avec dégressif pénalisant)
    -Fini le Pret Taux Zero dans l’ancien
    -Difficulté d’obtention d’un crédit(surtout sans ptz)
    -Le Cellier n’est plus fiscalement attractif
    -Prévision sérieuse d’augmentation des taux de crédit (raisonnable ce jour).
    -Crise économique
    -Augmentation de charges et taxes
    Bref c’est une dynamique globale qui est ralentie, aussi bien pour un particulier que pour un investisseur. De plus pour acheter un bien il est souvent nécessaire de vendre ,avec profit, un autre bien plus modeste et inférieur en prix ……….
    Seule la pondération géographique et démographique confirmera des exceptions qui sont déjà identifiées ………….

  • Patrick 24 avril 2012   Répondre →

    Les agences comme Century 21 (et les autres) ont un revenu directement proportionnel aux prix de vente des biens immobiliers : vous ne les entendrez donc jamais annoncer que les prix vont évoluer à la baisse car cela est trop opposé à leur intérêt (si les acheteurs se mettaient à attendre que les prix baissent …ils baisseraient effectivement… et leurs gains aussi !!). Il y a donc lieu de croire que S&P a sans doute plus raison que Century 21 et leurs copains …

  • nanou 24 avril 2012   Répondre →

    Je comprend que la personne qui a fait des travaux veuille recup au moins sa mise, mais malheureusement, ce n’est pas comme ca que ca marche, si vous y arrivez tres bien mais ce n’est en aucun cas garantie ! c’est comme ces gens, et dieu qu’ils sont nombreux, qui veulent vendre en fonction de leur projet futur, Je veux acheter une maison de 150 m2 avec 4 ch et jardin donc il faut que je vende mon appt de 3 pieces au prix minimum de X, vu que ma banque ne me prete pas, au dela de Y en guise de complement pour ce nouvel achat.
    Non mais on rêve…

  • nanou 24 avril 2012   Répondre →

    Sauf que cela ne s’appel pas brader mais vendre aux prix du marché ! qui aura baissé ou pas entre temps, c’est marant comme les gens, en fonction qu’ils soient en position d’acheteur ou de vendeur interpretent la courbe des prix differemment, les uns disent c’est trop cher et le autres disent baisser le prix de ma maison = brader !

  • martine 24 avril 2012   Répondre →

    Ils ne prennent pas en compte un nombre suffisant de paramètres.
    Par ailleurs pourquoi n’encourage t on pas davantage à rénover l’ancien, on se le demande . Il y aurait plus de logements et le patrimoine touristique (la première industrie française tout de même) serait préservé.
    La taxation de la plus value est une vraie catstrophe de ce point de vue.

  • Calmels Fleureau 24 avril 2012   Répondre →

    Pour les vendeurs
    Nous retraites nous passons 7 a 8 mois dans notre mobile home et le reste du temps on voyage et allons voir nos enfants
    ce qui est cher c est la taxe fonciere et la taxe d habitation.
    En rasant les 2maisons qui se trouvent sur 1600 m2 nous partageons la facade en 2 ce qui rend chaque terrain non consyructible pour facade insuffisante.
    Plus de taxe donc plus d urgence a vendre
    Les 2 terrains etant a la meme famille il faut l autorisation de la famille pour vendre
    on peut attendre que le prix de l immobilier augmente et au lieu de faire baisser le prix de l immobilier on attend et on vendra aux prix.que l on souhaite
    ce n est plus les banques qui font.les prix maix les particulier

  • JACQUELINE COURREE 24 avril 2012   Répondre →

    Actuellement la situation n’est pas bonne parce que les personnes qui veulent vendre ne trouvent pas d’acquéreurs et ne peuvent donc pas acheter ! le circuit est fermé…Les agences se trouvent en difficulté leur solution est de faire baisser les prix mais les propriétaires ne veulent pas brader leur bien qu’ils ont rénové….

  • CAMPANIN06 24 avril 2012   Répondre →

    ILS FERAIENT MIEUX DE SE TAIRE ….

  • D'en 24 avril 2012   Répondre →

    Standard & Poor’s, leurs études n’avaient pas pris en compte le côté pourri des subprimes, alors maintenant, ils s’amusent à prédire l’avenir de l’immobilier français???

  • acquéreurs futurs, faut pas rêver non plus..... 23 avril 2012   Répondre →

    Oui, mais le nombre de maisons reste inchangé dans les villes. La plupart des gens ont renové leur bien avec, le plus souvent un investissement qui n est pas pris en compte à la revente, dès lors, il faut vraiment tomber sur un gros divorce, ou une succession difficile pour pouvoir acheter un bien. Pour exemple, j ai acheté un bien 180000 euros ( valeur moyenne d une maison chez moi 210000- 220000 euros ) vous rajoutez les 7% donnés à l’état via le notaire, vous rénovez aux normes, l’électricité, un peu d’isolation, sols plafonds cuisine salle de bain wc chaudiere, fenêtres et circuit eau chaude. Vous vous retrouvez avec une maison revendable plus facilement. sauf que vous avez investi 30000euros.Donc 180000e + 12000 euros ( merci les impots ) + 30000euros on arrive à 222000euros et on a pas fini. Donc avant de donner ma maison avec 15% en deçà. et bien je suis pas certain d en changer……et les agences immobilieres vont pouvoir se reconvertir à la location ou changer de métier….

  • Croix Rousse 23 avril 2012   Répondre →

    S&P aimerait bien que le marcher immobilier Français vacille malheureusement pour eux notre immobilier reste fort et le sera pour longtemps ! pourquoi ?
    Parce que la valeur refuge que tous les Français plébiscite pour placer leurs économies c’est bien l’immobilier. Plus la crise durera et plus les investisseurs se tourneront vers l’immobilier. Notre territoire est de plus bien trop attractif à l’échelle européenne voir mondiale pour souffrir le moindre désamour.
    Moi je prédis l’émergence de nouvelles agences de notation, elles ne seront ni Standars et ni Poors !

Laisser un commentaire