Fuir Paris pour acheter moins cher en Province

Qui sont les TGVistes ? Des néo-banlieusards qui habitent en Province mais se rendent chaque jour à Paris pour y travailler. Un choix qui leur permet d’acheter un logement bien moins cher que dans la capitale.

Vendôme, Reims, Le Mans, Orléans, Lille,… Autant de villes accessibles en TGV en environ une heure depuis Paris. Une proximité temporelle et géographique qui permet à des milliers de salariés surtout des cadres, de vivre en-dehors de la capitale tout en y travaillant sans pour autant passer des heures dans les transports. L’avantage ? Profiter d’une vie plus tranquille et bien moins chère.

Le mètre carré à prix cassé

Si à Paris, le prix moyen au mètre carré est estimé à presque 8 300 €, il s’établit entre 1 489 € pour un appartement au Mans (72) et 2 918 € pour un appartement à Lille (59). Et pour faire l’acquisition d’une maison, il faut par exemple débourser en moyenne 1 509 € le mètre carré à Vendôme (41).

Faites vos calculs

Évidemment, d’autres frais viennent s’ajouter à ce rythme de vie entre Province et capitale. : achat d’une voiture ou d’un scooter pour se rendre à la gare, abonnement pour les voyages en TGV, et sur le réseau de la RATP,… Mais d’après les témoignages visibles sur le web, le jeu en vaut la chandelle pour gagner en qualité de vie. À noter que les frais engagés dans les transports publics pour se rendre au travail sont pris en charge par moitié par votre employeur.

Êtes-vous vous-même un TGViste comblé par votre mode de vie ? Ou au contraire, vous le vivez comme une contrainte ? Faites-nous part de votre expérience.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

4 Commentaires

  • Bonjour

    Investir dans un studio à Paris même si cela est cher est un vrai bon investissement en ce moment. C’est un excellent moyen pour préparer sa retraite d’ailleurs,

    Ludovic

  • Delphine 23 mai 2013   Répondre →

    Ancienne TGViste, j’attends surtout que les entreprises prennent elles aussi le TGV, définitivement, pour venir s’installer au Mans, à Reims, à Orléans… ou ailleurs !! Pour enfin pouvoir avoir une vraie qualité de vie, celle de la vie normale : habiter là où on travaille. Aller au boulot en 15 min de transports en communs ou voiture.

    Parce que la plupart des entreprises n’ont pas de réel intérêt à être à Paris, où elles payent des loyers prohibitifs, où leurs salariés sont stressés et empilés dans des petits apparts, ou passent une heure (donc 2 h / jour) dans un train (même confortable, ça fait 2 h de perdues pour votre famille, vos loisirs, votre repos).

    Parce que tout cela a un coût pour la collectivité (celui des transports et de notre santé qui s’y use), et que tout cela tue aussi la vie locale : qui s’implique dans une cité qui lui sert de dortoir?

    Bref ravie d’en avoir fini avec le TGV, vive la vraie vie à côté de son boulot !!!

  • En même temps, tout dépend ce qu’on entend par “prix cassé” en province. Justement, avec l’arrivée massive des parisiens, pour les locaux, les prix dans certaines provinces ont clairement explosé, rendant les biens immobiliers souvent inaccessibles aux jeunes locaux.

    • Le Francilien 21 juin 2013   Répondre →

      C’est vrai qu’ils sont à plaindre les “jeunes locaux”, mais que pensez-vous des jeunes Franciliens qui luttent bien plus (souvent les mêmes salaires, mais bien plus de frais)?
      Et vous savez quoi? Depuis l’arrivée massive d’étrangers en France les prix des loyers ont augmenté, et ce n’est plus accessible pour les locaux…
      On peut aller loin comme ça, mais voici la preuve que votre raisonnement est dangereux…

Laisser un commentaire