Etat des lieux : à quoi faut-il faire attention ?

Etape importante à l’entrée et à la sortie d’une location, l’Etat des lieux a été revu et corrigé dans un décret du 31 mars, applicable à partir du 1er juin. Voici 3 conseils pour le réussir et vous garantir ainsi un esprit tranquille tout au long de votre occupation du logement. 

Electricité et chauffage

Le nouveau décret ne change pas fondamentalement les choses concernant l’établissement de l’Etat des lieux d’entrée dans le logement. En plus des informations de base (date d’établissement, localisation du logement, désignation des mandataires éventuels…), les relevés individuels d’eau et d’électricité doivent apparaître. Un soin particulier doit d’ailleurs être apporté concernant l’inspection l’installation électrique (plafonniers, prises) et le chauffage (radiateurs, état des fenêtres, systèmes éventuels d’aération…).

La tuyauterie et la plomberie

Il est également indispensable de vérifier l’état général de la plomberie. Pour cela, nul besoin d’un diplôme : ouvrir tous les robinets du logement permet déjà de constater le niveau d’entartage et d’éventuelles fuites d’eau. L’état des joints, en cuisine et dans la salle de bain, est également à noter car il est bien spécifié que leur entretien est à la charge du locataire.

Les revêtements

Le décret du 31 mars impose aussi une description précise de chaque pièce et partie du logement, notamment de l’état des revêtements au sol, sur les murs et les plafonds. Il est bien spécifié que la description écrite peut s’accompagner d’images : dessins ou photos, datées et signées par les deux parties, pour bien signaler l’endroit d’éventuelles tâches ou irrégularités sur un revêtement et qui pourront servir d’éléments de comparaison lors de l’état des lieux de sortie.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires