Impossible de mener à bien un projet d’achat immobilier sans penser au budget qui lui est alloué. Avant même de lancer les recherches, il vous faut déterminer précisément, et de manière réaliste, le montant dont vous disposez pour devenir propriétaire. De l’étude des prix pratiqués sur le marché à la prise en compte du reste-à-vivre, découvrez comment mener l’achat de votre bien immobilier.

 

Étape 1 : l’étude de marché

Connaître le prix du marché immobilier est la clé pour acheter un bien à sa juste valeur. Voici quelques astuces pour y parvenir.

Afin de définir précisément son projet immobilier, il faut prévoir un budget prévisionnel. Pour cela, la première étape consiste à s’intéresser au prix du marché immobilier. Nos conseils pour le faire efficacement.

Pour connaître les prix du marché immobilier d’une région, d’une ville, voire d’un quartier, il est indispensable de consulter de nombreuses annonces. N’hésitez pas à diversifier les supports d’ailleurs : annonces internet, vitrines d’agences immobilières, annonces papier, etc. Après cela, faites une moyenne des prix constatés pour le type de bien que vous souhaitez acquérir. Ensuite, prenez connaissance de la valeur du mètre carré dans la ville où vous souhaitez vivre. Grâce à ces deux données, vous aurez une idée plus précise du juste montant qu’il vous faudra dépenser pour acheter le bien de vos rêves.

Si une maison ou un appartement vous intéresse, mais que vous constatez que son prix est bien supérieur à votre étude du marché immobilier local, il ne faudra pas hésiter à négocier le prix de vente. Pour un acheteur, des critères moins rationnels que le prix peuvent cependant rentrer en ligne de compte. Ainsi, si vous avez un vrai coup de foudre pour un logement, le cœur peut parfois prendre le dessus sur la raison, et ce, quel que soit l’état du marché immobilier.

 

Étape 2 : déterminer votre apport personnel

Déterminer votre apport personnel avant de lancer votre projet immobilier est indispensable. De quelle somme disposez-vous avant d’emprunter pour devenir propriétaire ?

La clé d’un achat immobilier réussi est l’apport personnel. Avant de lancer vos recherches, et de démarcher les banques pour obtenir un financement, commencez par déterminer scrupuleusement son montant.

Pour calculer le montant global de votre apport personnel, prenez en compte :

  • vos économies (et celles de votre conjoint) ;
  • les sommes issues d’une donation ;
  • les sommes issues d’un héritage ;
  • les sommes issues de la vente d’un autre logement.

Sachez que plus votre apport personnel est important, plus les banques seront enclines à vous accorder des conditions de crédit avantageuses : taux très bas, frais de dossier offerts ou réduits… Les organismes financiers ont tendance à définir un «bon dossier» si les acquéreurs possèdent un apport personnel compris entre 10 à 20% du montant du bien.

Impossible pour vous de disposer d’un apport personnel ? Pas de panique. De nombreuses banques accepteront de vous financer grâce à un crédit à 110%. Votre projet immobilier est financièrement pris en charge dans sa totalité. Cette solution est plus facilement proposée aux primo-accédants et aux emprunteurs à la situation financière stable (fonctionnaire, par exemple).

 

Étape 3 : le calcul de votre capacité d’emprunt

Envie de devenir propriétaire ? Retrouvez nos conseils pour calculer votre capacité d’emprunt et avoir des mensualités de remboursement à la hauteur de vos revenus.

Vous souhaitez devenir propriétaire ? Avant de vous lancer, il est primordial de déterminer la somme que la banque est susceptible de vous prêter. Quelques conseils pour calculer votre capacité d’emprunt.

Combien puis-je emprunter ? Une question que de nombreuses personnes souhaitant devenir propriétaires se posent. Pour estimer votre capacité d’emprunt, il vous faut déterminer les mensualités que vous pouvez rembourser chaque mois. Pour cela, on prend le montant mensuel de votre prêt immobilier auquel on ajoute vos différentes charges fixes (pensions alimentaires, impôts, assurance, etc.). La somme de ces deux éléments ne doit alors pas dépasser 33% de vos revenus mensuels (ce qu’on appelle le taux d’endettement).

Imaginons que vos revenus mensuels soient de 4 000€, que vous devez verser une pension alimentaire mensuelle de 500€ et que le remboursement du prêt que vous souhaitez soit de 700€ par mois.

Votre taux d’endettement sera donc de : (500 + 700) / 4 000 x 100 = 30%.

Dans cet exemple, vous pourriez emprunter, car votre taux d’endettement serait inférieur à 33%.

N’oubliez pas de prendre en compte un certain nombre d’éléments avant de calculer votre capacité d’emprunt : vos futures charges supplémentaires une fois propriétaire, le taux de votre crédit, la durée de remboursement ou encore le montant de votre apport.

 

 

Étape 4 : le calcul des charges

Budgéter son achat immobilier implique de prendre en compte les charges futures du logement. Découvrez quelles sont ces charges

Vous souhaitez acheter un bien immobilier. Pour définir le budget total de votre achat, il convient également de prendre en compte certains frais qu’il faut intégrer à ce budget. Découvrez les charges du logement qu’il est nécessaire de ne pas oublier.

Pour budgéter le coût total de votre achat immobilier, il n’y a pas seulement le coût du bien proprement dit à retenir. Vous devez également tenir compte des charges du logement que vous allez devoir payer ultérieurement telles que les taxes d’habitation et foncière que vous allez payer chaque année.

Si le bien immobilier que vous souhaitez acquérir nécessite des travaux, vous devez aussi prendre en compte le coût de ces travaux. Le budget de votre achat immobilier comporte en surplus, le montant des frais de notaire que vous payez le jour de la signature de l’acte définitif de vente. N’oubliez pas également les charges du logement liées à votre déménagement, les frais relatifs au crédit immobilier et les charges de copropriété si le logement est soumis au statut de la copropriété.

 

 

Étape 5 : évaluer le coût de l’emprunt

Vous empruntez pour devenir propriétaire ? Attention, calculez le coût réel de votre emprunt immobilier sous peine d’être confronté à de mauvaises surprises !

Vous avez besoin d’un emprunt pour devenir propriétaire ? Vous le savez, vous allez devoir rembourser un capital et des taux d’intérêt. Mais attention, certains frais annexes viennent également alourdir la note. Explications.

Le coût d’un emprunt intègre des éléments, qu’à première vue, il est facile d’oublier. Pour faire simple, un crédit immobilier est divisé en trois parties. Un capital, à savoir la somme demandée par le vendeur du bien, un taux d’intérêt, sur lequel se rémunère la banque, mais également des frais annexes. Ces derniers sont à prendre en compte lorsque l’on calcule le coût d’un emprunt immobilier.

Les frais annexes sont composés :

  • des différentes assurances obligatoires ou non (assurance emprunteur, perte d’emploi…) ;
  • des frais de dossier ;
  • des pénalités de remboursement anticipé dans certains cas ;
  • des garanties (hypothèque, caution…).

Il faut savoir que nombre de ces frais peuvent être diminués, voire annulés. Une simple négociation avec son banquier suffit souvent.

 

Étape 6 : anticiper les dépenses liées à mon nouveau logement

Frais de notaire, coût du déménagement, charges de copropriété, taxe foncière… : découvrez toutes les dépenses à anticiper lors de l’achat d’un nouveau logement.

Lorsqu’on achète un bien immobilier, on a souvent tendance à oublier les nombreuses dépenses que notre nouveau logement va engendrer. Nos conseils pour un achat sans mauvaise surprise.

Tout d’abord, des dépenses ponctuelles sont à prévoir au moment de l’achat. C’est le cas notamment des frais de notaire qui peuvent vite atteindre plusieurs milliers d’euros. Lors de la souscription d’un emprunt, il vous faudra aussi régler des frais de garantie (généralement 2 à 3 % du montant du crédit). N’oubliez pas également le coût de votre déménagement. En passant par une entreprise professionnelle, la facture sera au minimum de 1 000 euros en règle générale. Si vous faites votre déménagement seul, différents frais sont aussi à prévoir : jour de congé, location d’un camion, achat de cartons, etc. Enfin dernière dépense ponctuelle, mais non des moindres : l’aménagement de votre logement. Peut-être aurez-vous besoin de racheter des meubles, de refaire la décoration, d’effectuer quelques travaux de rafraîchissement ou même du gros œuvre.

Lors de l’achat de votre nouveau logement, il est important d’anticiper les dépenses régulières. On pense notamment aux charges de copropriété qui peuvent varier du simple au double d’un immeuble à l’autre. N’hésitez donc pas à consulter l’historique des charges de la copropriété. Enfin, en tant que propriétaire, il vous faudra payer la taxe foncière et la taxe d’habitation. Avant d’acheter un bien, pensez donc bien à anticiper tous ces différents frais.

 

 

  • QUESTION – RÉPONSE

Devenir propriétaire sans apport : c’est encore possible ?

Vous souhaitez devenir propriétaire sans apport personnel ? Sachez que c’est possible, à condition de présenter de sérieuses garanties. Décryptage.

Il est possible de devenir propriétaire sans apport personnel, mais à certaines conditions. En effet, la majorité des banques proposent une formule nommée « crédit à 110% » permettant d’acheter son logement sans apport. Mais ce sont principalement deux typologies d’acheteurs qui peuvent en bénéficier : les jeunes actifs présentant un fort potentiel, et les particuliers détenant une épargne solide, mais qui ne souhaitent pas la mobiliser pour un achat. Quoi qu’il en soit, il est primordial de constituer un dossier solide offrant de réelles garanties à l’établissement prêteur. Ce dernier s’intéressera tout particulièrement à votre situation personnelle (âge, comptes bancaires, etc.), à votre type d’investissement et à la nature du bien acheté. N’oubliez pas que pour obtenir un financement intégral et ainsi devenir propriétaire sans apport, il est nécessaire que votre taux d’endettement soit inférieur à 33%. Sans quoi, la majorité des banques vous refuseront un prêt.

 

 

  • QUESTION – RÉPONSE

Est-ce une bonne idée de devenir propriétaire jeune ?

Taux d’intérêt faibles, aides à l’accession, plus de loyers… : les raisons ne manquent pas pour devenir propriétaire jeune. Pourtant, est-ce réellement une bonne idée ?

Devenir propriétaire jeune peut être une bonne comme une mauvaise idée. En fait, tout dépend de sa situation et de son projet. Le principal avantage est de pouvoir bénéficier de nombreuses aides à l’accession accordées par l’État (PTZ, 1 % Logement, PAS, etc.), mais aussi de taux d’intérêt plus faibles sur des prêts bancaires. De plus, devenir propriétaire jeune permet de ne plus payer de loyers à fonds perdu et donc de se créer un patrimoine très tôt. Cependant, des inconvénients existent aussi. Un jeune aura très souvent une vie professionnelle et personnelle plus instable qu’un couple de quadragénaires par exemple. Ses besoins pourront donc très vite évoluer et ne plus correspondre au bien qu’il a acheté (naissance d’un enfant, nouveau travail, etc.). Attention donc à bien réfléchir avant de devenir propriétaire.

 

 

  • QUESTION – RÉPONSE

Non, la TVA n’est pas applicable lors de la vente immobilière entre particuliers

Concurrence déloyale, perte à gagner pour l’État… : la vente immobilière entre particuliers doit-elle être assujettie à la TVA ? Le gouvernement a tranché.

Les personnes réalisant une vente immobilière entre particuliers font-elles une concurrence déloyale aux agences immobilières ? Ces opérations devraient-elles être assujetties à la TVA sur les ventes immobilières ? Ces ventes ne représentent-elles pas un manque à gagner pour l’État ? Des questions qui se sont posées courant 2014 et auxquelles le gouvernement a répondu : non, la vente immobilière de particulier à particulier ne se verra pas appliquer de TVA. En effet, un vendeur peut choisir de vendre son bien lui-même ou de passer par une agence immobilière (qui elle paye la TVA sur les transactions immobilières).

 

 

  • QUESTION – RÉPONSE

Où trouver les taux immobiliers actuels ?

Vous souhaitez réaliser un emprunt immobilier ? Voici nos conseils pour connaître les taux des prêts immobiliers actuels et choisir le meilleur crédit.

Les taux immobiliers actuels sont au plus bas. Ainsi, de nombreuses personnes se posent la question de devenir propriétaire grâce à un emprunt au meilleur prix. Mais pour établir son projet d’achat, comment connaître précisément les taux des prêts immobiliers actuels ? Tout d’abord, vous pouvez consulter différents baromètres qui vous donneront une indication sur les taux immobiliers en vigueur dans telle ou telle région (comme http://www.meilleurtaux.com/credit-immobilier/barometre-des-taux.html). Il est également primordial de mettre en concurrence les banques. De la sorte, il est possible de profiter de prêts dont les taux sont inférieurs de 0,30 % par rapport aux estimations des baromètres.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  • 3
  •  
  •  
  •  
  • 15

Articles similaires

Un commentaire

  • chambon rene 18 janvier 2018   Répondre →

    bonjour,
    Jeune retraité ,nous cherchons avec ma compagne a acquérir une petite maison dans le Sud ( région indifférente Hérault ,Aude ou pyrenées ) .pas trop près de la mer méditerranée . Je ne posséde qu un petit budget de mini 35000 et maxi 40000 a 45000 euros. Je souhaiterais acquérir une maison avec 3 chambres mini , un petit jardin et un garage .
    Merci pour vos réponses.
    Cordialement
    René Chambon

Laisser un commentaire