Endettement immobilier : jusqu’où êtes-vous prêts à aller ?

Les Français font partis des plus fans de la pierre en Europe. Si le fait de devenir propriétaire est un objectif de vie pour beaucoup, tous ne peuvent pas se permettre un trop lourd endettement. De rapides calculs permettent de connaître vos limites à ne pas dépasser

Qui a dit que les Français étaient sans projet pour l’avenir ? D’après les calculs du Crédit Foncier, le montant cumulé des crédits immobiliers résidentiels en France a atteint près de 902 milliards d’euros en 2014, soit une hausse de +2,3 % par rapport à l’année précédente, contre une progression de seulement 1,6 % en moyenne dans l’Union européenne. Des chiffres qui sont à la fois une bonne nouvelle pour le pays – les Français restent amateurs de la pierre et continuent d’investir en masse dans ce secteur – et une mauvaise nouvelle : pour acheter, il faut consentir à s’endetter de plus en plus. En tout cas jusqu’à une certaine limite qui dépend directement de vos revenus.

Un « taux deffort » à 33 % de vos revenus

Concrètement, il est admis que le montant de vos remboursements mensuels ne doit pas dépasser 33 % de vos revenus mensuels. C’est ce qu’on appelle « le taux d’effort » : il permet de calculer la capacité d’endettement. Par exemple, si vous gagnez 3 000 euros par mois, vous ne pourrez pas consacrer plus de 1 000 euros chaque mois au paiement mensuel de votre prêt. Ce pourcentage est respecté dans la très grande majorité des cas, car étroitement surveillé par les banques qui vous accordent les prêts immobiliers. En gardant cet exemple de 3 000 euros de revenus, vous pourriez alors emprunter actuellement, selon les taux du marché, près de 151 600 euros à 2,35 % sur 15 ans, ou 206 350 euros à 3,20 % sur 25 ans, hors assurances et frais annexes.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire