Des crédits immobiliers plus coûteux

Les récentes fébrilités des marchés ne vont pas tarder à avoir des conséquences directes sur nos projets immobiliers : en effet, les banques se sont données pour mot d’ordre de reconstituer leurs marges. Cela signifie des coûts de crédits qui vont nécessairement être plus élevés.

À l’heure actuelle, les PME constatent déjà l’évolution des coûts de crédit. L’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE) a réalisé une étude mi-septembre qui révèle que « les entreprises font état d’un début de tension sur les marges bancaires qu’elles négocient sur leurs emprunts ». Elles déplorent deux choses : une hausse du coût du crédit et un accès au financement plus difficile. Les banques se défendent de réaliser une quelconque discrimination en la matière, mais leurs réalités les rattrapent : en effet, elles ont besoin de reconstituer leurs marges aussi rapidement que possible. Alors prêter, oui, mais pas à n’importe quelle condition !

Pour l’instant, les barèmes d’octobre des prêts immobiliers semblent stables. Mais selon les experts, et sur l’aveu des banquiers « en off », cette situation ne devrait pas durer. Au printemps, l’OAT, qui sert de référence aux banques pour leurs emprunts à long terme, est descendu à son niveau le plus bas depuis 1996, soit 2,45%. Cela a permis aux établissements bancaires de « se récupérer » un peu, sans pour autant augmenter leurs tarifs. Mais désormais, les choses devraient évoluer en comptant sur une hausse des coûts.

D’après Vincent Taupin, directeur général du Crédit du Nord, « les taux du crédit immobilier vont repartir à la hausse car les coûts de refinancement ont augmenté fortement » : parce que les régulateurs exigent plus de capital en face des activités de crédit. Et parce que les marchés ont quasiment fermé l’accès aux financements à long terme. Conséquence ? Une nouvelle rigueur dans l’établissement des dossiers de prêt. Les banques devraient donc, dans un avenir proche, être beaucoup plus prudentes sur les conditions octroyées et devenir encore plus sélectives dans l’attribution de leurs prêts.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

6 Commentaires

  • nicolas sarkozy 4 novembre 2011   Répondre →

    les banquiers sont des racketeurs officiel

  • milie 4 novembre 2011   Répondre →

    Perso, j’ai voulu faire un petit pret immobilier de 70K€ soit 18% de la valeur de mon bien (apport perso pour le reste), mais étant gérante de PME (en pleine croissance, mais qui n’assure pas cette année nos rémunérations), ainsi que mon concubin, 3 banques ont refusé notre demande. Il s’agit d’un remboursement minuscule de 400€/mois à 2 alors que nous avions des revenus nets de 5000€ juste avant de passer non-salariés. Aux yeux des banques, c’était trop risqué car l’entreprise ne nous assure pas aujourd’hui 3 fois le remboursement… C’est une honte ! Si jamais ô grand jamais ma boite ne me permettait pas de payer mes échéances, je reprendrai un emploi en deux temps trois mouvements…
    Au final on a trouvé une banque qui suivait les comptes de la boite depuis 2002 et a bien voulu convaincre son comité qu’ils ne prenaient aucun risque.
    Mais c’est une situation délirante…

  • Les banques doivent vendre leur argent, le crédit restera attractif longtemps.

  • Arno-EI 26 octobre 2011   Répondre →

    C’est quoi cette banque qui ne fait 12 dossiers dans l’année. Soit elle est récente soit elle va fermée. Arrêtez de croire votre banquier et faites une demande de crédit, et là vous verez, c’est le parcours du combattant. Pourquoi c’est le parcours du combattant ? Parce que les banques ne respectent jamais les délais. Vous avez surement déjà dû entendre :”je suis désolé, ça traine un peu, mais il me manquais un papier”. Pour info, à chaque fois qu’il “manque” un papier, vous prenez 15 jours dans la vue. Le dicton des banquier : “chez nous c’est petite vitesse, grande lanteur mais surtout toujours en congé” (sauf si vous avez 1 retard de 2 jours pour une échéance. Là, votre banquier préféré vous enverra courrier et autre appel téléphonique en moins de 24h). Aujourd’hui les banques prêtent, c’est vrai, mais à ceux qui ont 50% d’apport, pas de crédit en cours, pas de maladie,etc…

  • fred 20 octobre 2011   Répondre →

    la je pense qu il se fout de vous
    des gens qui veulent des credits j en croise tous les jours

  • j;l;loquet 20 octobre 2011   Répondre →

    j’ai rencontré recemment mon banquier avec lequel j’ai discuté du probleme des prets immobiliers il m’a répondu que depuis le debut de l’année il avait reçu 12 demande de pret au lieur de 4 par semaine en 2010 et que sa banque voulait bien preter de l’argent mais qu’il n’avait pas de demande. La question est de savoir qui dit la vérité lui ou les medias. PS je n’avais pas de pret à demander

Laisser un commentaire