Des crédits immobiliers moins nombreux, des taux plus élevés

C’est en substance ce que révèle l’étude que vient de publier l’Observatoire Crédit Logement / CSA. En analysant les fluctuations des crédits immobiliers et de leurs taux au dernier trimestre 2011, les perspectives ainsi tracées n’augurent pas une année 2012 encourageante pour le crédit immobilier.

Alors que depuis des mois, les pronostics des uns et des autres vont bon train s’agissant de l’évolution du marché de l’immobilier dans une conjoncture plombée par la crise de la dette européenne, l’heure est aux données concrètes. L’Observatoire Crédit Logement / CSA vient en effet de publier une analyse chiffrée qui non seulement établit un bilan de santé des crédits immobiliers et de leurs taux à la fin 2011 mais dessine aussi les tendances pour 2012. Et force est de constater que 2012 ne se profile pas pour le marché immobilier sous les meilleurs auspices.

Un effet de balancier…

En effet, la hausse des taux des crédits amorcée à la fin de l’année dernière va se poursuivre dans les mois qui viennent. Les taux devraient, précise l’étude, atteindre les 4,25% d’ici l’été prochain, ceux là même qui flirtaient avec les  3,25% en novembre 2010. Autre perspective mise en lumière dans cette analyse, celle d’un plus faible octroi des crédits aux emprunteurs, les banques étant plus frileuses et surtout bien plus regardantes quant au taux d’endettement des ménages avant de leur accorder un prêt. Selon l’Observatoire, le volume des crédits immobiliers pourrait reculer de 20 % en 2012. Une  baisse amorcée en 2011. En effet, l’année dernière l’ensemble crédits immobiliers ont totalisé 160 millions d’euros contre 168 millions en 2010. Et la cuvée 2012 devrait s’établir à 130 millions d’euros  comme l’indique l’Observatoire.

La disparition imminente (1er janvier 2013) du dispositif Scellier, la suppression du PTZ+ pour les logements anciens, ou encore l’augmentation de la TVA sur les travaux de rénovation, seront les éléments que les français devront prendre en compte dans leurs projets immobiliers.

Et vous, la conjoncture actuelle diffère-t-elle vos intentions d’achat ?

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

16 Commentaires

  • Anik 22 février 2012   Répondre →

    Les prix ne baisseront pas. Si j’ai acheté à 200000 je veux récupérer au moins 200k, sauf que entre temps valeur de mes 200k ne sera plus le même.
    Il y a 30ans SMIC était aussi 1300 … Francs. L’immobilier a monté mais pas 7 fois le prix d’acquisition.

  • greg 17 février 2012   Répondre →

    Les prix ne baisseront pas. Seules les constructions de type Playmobil ou les villages Kolkhoziens à la Kaufmann & Broad prendront une claque. Pourquoi? Dés qu’un vendeur baissera son prix et quelle que soit l’ampleur de l’effort, tous les autres seront concernés!!!! Si aucun ne baisse ses prix, alors personne ne vendra!!!

  • Michel 16 février 2012   Répondre →

    Retenez un principe immuable en immobilier :
    quand les taux montent, les prix baissent et inversement.
    Faire des économies ne permet généralement pas d’acheter car le prix monte plus vite que le gap entre votre capacité à économiser (dont vous devez déduire votre loyer) et l’emprunt que vous feriez…
    L’un de vous a fait référence aux agences, ce ne sont pas elles qui font le marché : c’est le rapport entre le nombre d’acquéreurs et de vendeurs pour un même type de biens. Quand il n’y a plus d’acheteur (car ils ne peuvent plus payer à cause des taux qui montent) le vendeur est obligé de baisser son prix au niveau de ce que peut payer l’acquéreur. C’est un des aspects du métier d’agent immobilier que je pratique depuis plusieurs dizaines d’années avec le plaisir de satisfaire mes clients, même par temps de crise…

  • Abdel 15 février 2012   Répondre →

    La réalité n’est pas un problème entre l’offre et la demande mais elle surtout basée sur le fait que les banques et autre courtiers se permettent de spéculer sur le reste à vivre des foyers contrairement à se que l’on pourrait croire les 33 % c’est des salades, ils spécule tous sur se dont il vont vous laisser pour sur”vivre” mdr à la mois de vos mois peut importe les revenus du foyer d’un point de vu proportionnel ils applique le même principe de reste à vivre alors que nous sommes avant tout client et pas dépendant de ces charlatans du chiffre

  • Aline 13 février 2012   Répondre →

    Si les gens se décidaient enfin à ne plus vouloir faire de crédits, et ainsi ne plus engraisser les banques,en acceptant d’acheter ce qu’ils peuvent seulement, ou attendre en économisant,le prix de l’immobilier serait de fait en forte baisse à l’achat et à la vente et tout le monde y trouverait son compte!!Mais comme la solidarité entre acheteurs et vendeurs n’éxiste pas, j’attends que les prix baissent enfin pour pouvoir acheter au comptant ce que je pourrais à ce moment-là!!et que les taux du crédit grimpent dans ces cas-là on s’en fout royalement…puisque l’égoisme règne en maître…
    Ce sont les banquiers qui se frottent les mains et profitent en attendant au maximum du système!

  • mamitabreiz 13 février 2012   Répondre →

    il est plus que temps que le prix de l’immobilier baisse, mais la faute en revient aux agences qui n’ont pas su modérer les demandes des clients, il y avait des demandeurs et peu d’offres donc la spéculation allait bon train, maintenant il faut que les vendeurs redescendent de leur petit nuage et vendent au juste prix, il n’est pas question de “profiter” de l’occasion, il s’agit de ne pas faire n’importe quoi et que chacun respecte l’autre. Je cherche à acheter mais j’attends car les conditions actuelles sont encore au-delà du raisonnable.

  • fab 13 février 2012   Répondre →

    je suis locataire en CDI comme ma femme,nous percevons 3000€ net/mois et nous avons signé le compromis pour un terrain pour construire, trois banques nous ont refusé un prêt, que faire ? QUI CROIRE ? avec un taux à 4.7% sur 30ans. Il y’a une barrière entre locataire et propriétaire difficile d’accéder à la propriété…
    AH LA FRANCE !!!

  • javaisjuste 13 février 2012   Répondre →

    Le plus souvent l acquereur a fait des travaux de renovation avec des credits en sup ( chaudiere, volets, fenetres, sol jardin clotures, aménagement, etc…) et les futurs acquereurs pensent que l on va baisser les prix? ils ne veulent pas qu on leur donne une voiture en prime… Franchement! Si on a pas les sous, il ne faut pas attendre que ceux qui en avaient juste assez pour acheter de l ancien se saignent à blanc lors d une revente… Autant ne pas vendre que de perdre le montant de ses travaux.A moins que les banques ne suppriment avec l etat les penalités liées à la revente et fassent cadeau des frais de notaire en plus. La plupart des personnes sont liées à leur crédit pour au moins 10 à 15années. Alors aux futurs acquereurs….. bonne location ;))0

  • BELLOT 13 février 2012   Répondre →

    Puis-je avoir droit au prêt à taux zéro, je suis locataire dans un appartement et souhaite en acheter un. Mais parents m’ayant fait une donation d’une maison et d’un appartement à mon nom tout en gardant pour eux l’usufruit

  • GALLEGGIANTI 13 février 2012   Répondre →

    Avec la loi Scellier tout le monde a gagné : le vendeur, les banques, le constructeur, les Mairies, l’Etat, le fisc, les locataires. Et un seul perdant : l’acheteur. Jamais on n’a vu une telle arnaque à l’échelle nationale ! Et par ricochet, tous les petits bailleurs d’appartements dans l’ancien. Bravo à tous ! Et un mouchoir pour les bailleurs de France !

  • GRANDJEAN 13 février 2012   Répondre →

    Bonjour,
    La loi Scellier était de toute façon une véritable arnaque pour les investisseurs et les contribuables en général. Les seuls bénéficiaires ont été les promoteurs qui sous le prétexte de réductions d’impôts, en ont largement profité pour majorer les prix de l’immobilier de manière indécente. Avec le nouveau régime des plus-values, à la revente le sourire des propriétaires va être amer.
    Et avec tout cela, les mal logés vont le rester !
    GG

  • SOCKEEL 13 février 2012   Répondre →

    La conjoncture ne nous a pas fait différer notre projet d’achat car c’est un réel besoin pour nous d’avoir plus d’espace… Apparemment nous ne sommes pas les seuls car notre maison a été vendue en 2 jours et nous avions encore d’autres acheteurs potentiels.

  • DOMINO 13 février 2012   Répondre →

    LA SEULE SOLUTION C’EST QUE L’IMMOBILIER BAISSE.
    VOUS LES VENDEURS ARRÊTEZ DE SPÉCULER ET BAISSEZ VOS PRIX.
    ON NE PEUT PAS TIRER PROFIT A CHAQUE REVENTE IL FAUT SAVOIR PERDRE.
    LA BALLE EST DANS LE CAMP DES ACQUÉREURS ….

  • Claire Voyant 13 février 2012   Répondre →

    Les Scelliers sont les HLM du privé, avantages fiscaux et loyers règlementés tout comme les HLM.
    Est-il du ressors des gens du privé de s’occuper du logement social?
    L’état fuit ses responsabilités en laissant le problème aux particuliers !
    Certains regretteront amèrement d’avoir voulu être des bailleurs sociaux!

  • Jeremy 13 février 2012   Répondre →

    En valeur réel l’immobilier ne peut que baisser, bien que son valeur nominal peut rester le même ou monter légèrement.

  • John Clark 13 février 2012   Répondre →

    La Loi Scellier a fait de nombreuses victimes. L’immobilier neuf est hors de prix.

Laisser un commentaire