Revêtement mural et décoration

Lorsque l’on souhaite donner une seconde jeunesse à sa maison ou à son appartement, il suffit parfois de simplement refaire le revêtement mural. Mais avant de vous lancer, il est primordial de se poser les bonnes questions : papier peint ou peinture ?  Quel type de peinture choisir ? Comment décoller du papier peint ? Repeindre du papier peint, bonne ou mauvaise idée ? Grâce à nos réponses, remettre votre revêtement mural au goût du jour sera un jeu d’enfant.

 

Repeindre du papier peint : pour ou contre  ?

Un petit coup de rouleau de peinture pour repeindre son papier peint, c’est une bonne idée. Attention toutefois : quelques conseils sont à suivre pour que cette solution ne vire pas au cauchemar.

Un petit coup de rouleau pour repeindre du papier peint qui ne vous plaît plus ! L’idée paraît simple, mais pour un bon rendu, il est nécessaire d’éviter les pièges. Découvrez si repeindre du papier peint est la solution optimale.

Repeindre du papier peint peut être une solution idéale pour changer de déco. Néanmoins, passer un coup de rouleau sur du papier peint peut très vite virer au cauchemar si la surface n’est pas propre, ou si le papier peint a des boursouflures. Pour un rendu optimal, il est nécessaire de préparer la surface à peindre pour éviter la catastrophe.

Repeindre du papier peint peut s’avérer être une solution simple pour changer ses murs. Un coup de pinceau, et le tour est joué. Néanmoins, il ne faut pas lésiner sur la peinture pour avoir un résultat final impeccable.

Bien que repeindre du papier peint permette de changer sa déco rapidement et sans réels travaux, cela peut vite devenir une solution non adaptée si vous ne choisissez pas des peintures de qualité. Si la couleur du papier peint se voit encore après cinq ou six couches, c’est que votre peinture n’est pas de bonne qualité. Autrement dit, on recommence avec une première couche de peinture blanche et quelques couches de peinture un peu plus chère.

 

Poser du papier peint : étapes et précautions à prendre

Poser du papier : étapes, outils et précautions à prendre pour un rendu parfait

Poser du papier peint paraît simple en soi. Mais c’est une fausse idée. Pour obtenir un rendu parfait, il est indispensable de suivre quelques conseils.

Pour poser du papier peint, il est recommandé d’enlever dans un premier temps tout ce qui est façades électriques, prises et interrupteurs. Il est ensuite nécessaire d’avoir à portée de main de la colle à papier peint, une table à tapisser et tous les outils indispensables pour poser du papier peint.

La pose du papier peint débute par la découpe des lés. Veillez à prendre les mesures des murs au préalable pour bien poser le papier peint. Après avoir découpé le premier lé, il convient d’utiliser une table à tapisser pour appliquer la colle au dos du papier peint.

Après l’encollage arrive l’étape de la pose du premier lé. Cette première pose doit être parfaite, dans le cas contraire tout le travail suivant sera raté. Pour que les lés soient droits, ne vous fiez pas aux angles de murs qui ne sont pas toujours droits eux-mêmes.

Après avoir posé le papier peint, il est nécessaire d’évacuer l’air sous le papier en le lissant. Cette étape, appelée marouflage, permet d’éviter les bulles. L’ultime étape pour poser du papier peint consiste à découper en haut et en bas des lés toutes les parties qui dépassent.

 

Décoller du papier peint

Pour décoller du papier peint, nous vous proposons trois astuces éprouvées. Méthode économique home made ou produits spécialisés, qu’allez-vous choisir ?

Décoller du papier peint ? Cette simple idée vous donne des sueurs froides et des crampes aux bras ! Pas de panique, avec quelques trucs et astuces, vos murs seront propres en un tour de main.

Pour décoller du papier peint à moindre coût, on opte pour la solution maison. Munissez-vous d’un flacon de pulvérisateur de lave-vitre rempli d’eau tiède. Pulvérisez sur les murs, laissez agir cinq bonnes minutes puis décollez à l’aide d’un grattoir. Vous pouvez également utiliser une éponge imbibée d’eau chaude et de lessive. Cette méthode home made est valable si vous n’avez qu’une seule couche de papier peint à décoller. À partir de deux, cela devient plus compliqué.

Seconde solution, l’utilisation de produits adaptés. Pour décoller votre papier peint en toute simplicité, rendez-vous dans votre magasin de bricolage préféré. Vous y trouverez des produits conçus pour faire fondre la colle sous forme de pulvérisateur. Pulvérisez, attendez, décollez avec une spatule large. Et le tour est joué !

Enfin, aux grands maux les grands moyens, vous pouvez également utiliser une décolleuse à vapeur d’eau. À la manière d’un fer à repasser, elle décollera votre papier peint en un tour de main !

 

Papier peint à colorier    

C’est original et c’est rigolo : essayez le papier peint à colorier sous toutes ses couleurs… Principe et fonctionnement du papier peint à colorier

Marre des coups de feutre de vos enfants sur les murs ! Optez pour le papier peint à colorier. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le papier peint qui réveillera l’esprit d’artiste de vos enfants.

Quel enfant n’a jamais utilisé les murs de sa chambre comme une feuille de dessin ? Pour éviter la crise des parents, certains fabricants de papier peint ont eu la brillante idée d’inventer le papier peint à colorier.

Ces papiers peints à colorier existent selon des univers différents. Les enfants n’ont plus qu’à colorier ces motifs selon leurs envies. Pour colorier sur le papier peint à colorier, deux solutions s’offrent aux parents :

– faire colorier le papier peint à colorier sur le sol pour éviter les débordements ;

– coller le papier peint et le faire colorier une fois posé sur le mur.

Les papiers peints à colorier peuvent être coloriés avec des feutres lavables, des crayons de couleur ou des pastels. Le papier peint à colorier se pose selon la même technique qu’un papier peint classique.

 

Les différents types de peinture 

Peinture acrylique, peinture glycéro, peinture bio… Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour choisir son type de peinture.

Pas facile de choisir sa peinture devant les rayonnages des magasins qui en proposent des gammes multiples. Voici quelques conseils pour choisir votre type de peinture.

La peinture acrylique est la peinture la plus utilisée pour l’intérieur d’un logement. Ce type de peinture est fabriqué avec de la résine d’acrylique, matière qui se dilue parfaitement dans l’eau. Cette caractéristique permet d’utiliser la peinture acrylique sur presque tous les matériaux. Elle est sans odeur et sèche rapidement.

La peinture glycéro est une peinture à huile essentiellement composée de solvant. Elle est très généralement utilisée dans les pièces humides telles que la cuisine ou encore la salle de bains. En effet, son principal avantage est qu’elle est très résistante face à l’humidité. En revanche, ce type de peinture sèche lentement et dégage une forte odeur au cours du séchage.

La peinture écologique ou bio, quant à elle, est un type de peinture qui s’adapte parfaitement à toutes les pièces et plus particulièrement aux chambres à coucher. Elle ne contient aucun composant nocif pour l’environnement et est très résistante. La peinture écologique peut être lavée. Cependant, son coût d’achat est particulièrement élevé par rapport aux autres types de peintures.

Le changement de fenêtre

Pour diminuer la consommation énergétique de son logement et réduire les nuisances sonores, la première démarche est bien souvent de changer les fenêtres. Oui, mais quels modèles choisir ? Simple ou double vitrage ? En bois ou en PVC ? Sur mesure ou non ? Voici un guide complet pour que le changement de fenêtre de votre logement devienne une partie de plaisir.

 

Une fenêtre en double vitrage

Économies d’énergie, isolation phonique : découvrez tous les avantages d’une fenêtre à double vitrage.

Faire des économies d’énergie grâce à une fenêtre à double vitrage, c’est la solution optimale. Voici tout ce que vous devez savoir sur la fenêtre à double vitrage.

La fenêtre à double vitrage est l’élément incontournable pour faire des économies d’énergie. Cette fenêtre est formée de deux vitres à l’intérieur desquelles se trouve une lame d’air ou de krypton. La performance de cette lame permet à la fenêtre à double vitrage de produire ses effets économes.

La fenêtre à double vitrage est faite sur mesure. Elle s’adapte à tous les types de fenêtres : baies vitrées, fenêtres de toit, fenêtres coulissantes, portes-fenêtres. Elle répond à tous les goûts, et existe en différents coloris.

La pose de fenêtres à double vitrage permet de réduire sa consommation de chauffage de manière non négligeable. De plus, l’achat de ce type de fenêtre permet de bénéficier d’un crédit d’impôt.

La fenêtre à double vitrage permet de limiter les pertes de chaleur de 5 à 30% de la facture globale de chauffage. En plus de ses qualités en termes d’isolation thermique, la fenêtre à double vitrage offre une isolation phonique renforcée.

 

La fenêtre en PVC avantages et inconvénients

Découvrez les avantages et les inconvénients des fenêtres en PVC pour votre logement neuf ou ancien

Vous vous sentez perdu dans l’océan des matériaux envisageables pour vos fenêtres. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la fenêtre en PVC.

Il existe de nombreux matériaux pour vos fenêtres : fenêtre PVC, bois ou encore aluminium. Chacun d’eux présente des avantages et des inconvénients. La fenêtre PVC est le choix le plus populaire puisque ce matériau offre un bon rapport qualité-prix. De plus, la fenêtre PVC s’adapte aussi bien au style ancien, contemporain ou moderne.

Outre ses avantages en termes de coût et d’esthétisme, la fenêtre PVC offre une grande performance d’isolation thermique, acoustique et d’imperméabilité. Question nettoyage, la fenêtre PVC se nettoie facilement ce qui vient contrebalancer son principal inconvénient : la fenêtre PVC produit de l’électricité statique qui attire la poussière.

La fenêtre PVC s’adapte aussi bien aux constructions neuves qu’aux constructions existantes. Aucun travail de rénovation pour fenêtre PVC n’est à prévoir pour remplacer ses anciennes fenêtres par des fenêtres PVC. Le montage de ce type de fenêtre est simple et rapide.

 

Fenêtre en bois avantages et inconvénients

Pour vos fenêtres, avez-vous pensé à la fenêtre en bois ? Matériau écologique, noble et résistant, découvrez-en tous les avantages et inconvénients.

Vous aimeriez changer vos fenêtres et pourquoi pas, passer à la fenêtre en bois. Avant de vous lancer, découvrez-en les avantages et les inconvénients.

Les avantages de la fenêtre en bois :

  • une fabrication et une destruction peu énergivore, donc bénéfique pour l’environnement ;
  • le bois est un matériau facilement recyclable ;
  • une température qui reste agréable en toute saison, même en hiver ;
  • un entretien rapide et facile qui assure une très bonne longévité ;
  • une sécurité en cas d’incendie ;
  • une forme et des coloris modulables selon les envies ;
  • une meilleure résistance aux aléas du temps
  • des performances inégalables en termes d’isolation thermique et phonique ;
  • une très bonne étanchéité

Les inconvénients de la fenêtre en bois :

  • un entretien plus important qu’une fenêtre en PVC (tous les cinq ans environ) ;
  • un poids plus élevé ;
  • un coût d’achat plus important.

 

Fenêtre de toit : de la lumière en plus !  

Plus de luminosité, de chaleur, d’économies…, les avantages d’une fenêtre de toit pour aménager ses combles sont nombreux. Tour d’horizon.

Pour aménager des combles, il est primordial de créer des ouvertures pour laisser entrer la lumière. La fenêtre de toit est l’une des solutions le permettant.

Les fenêtres de toit, également appelées velux, sont tout d’abord moins chères à l’installation qu’une lucarne. De plus, elles peuvent être installées quelle que soit l’inclinaison du toit (entre 15 et 90°). Une fenêtre de toit permet également de gagner entre 30 et 50% de luminosité en plus en comparaison avec une lucarne. Cette solution offre aussi l’avantage de réduire les nuisances sonores (grâce à l’installation de double vitrage) et de gagner en chaleur. Enfin, il existe de nombreux modèles de fenêtres de toit s’adaptant ainsi à tous les projets et toutes les bourses : avec axe de rotation central, axe de rotation surélevé, ouverture latérale, à projection, etc.

Au final, la fenêtre de toit ne comporte qu’un seul inconvénient majeur : la chaleur en été. En effet, lorsqu’il fait chaud, la température peut vite grimper sous les combles et devenir éprouvante. Pour pallier ce problème, vous pouvez faire le choix d’un vitrage teinté ou plus épais. Enfin, sachez qu’en fonction du modèle de fenêtre de toit que vous choisirez, vous pourrez peut-être bénéficier d’un crédit d’impôt.

 

  • QUESTION – RÉPONSE

Pourquoi choisir une fenêtre sur mesure ?

Vous hésitez entre une fenêtre sur mesure et du standard ? Dans ce dossier, vous découvrirez les avantages et les inconvénients de chaque solution.

La pose d’une fenêtre sur mesure présente des avantages et des inconvénients. À vous de choisir en fonction de vos besoins. Le sur-mesure sera plébiscité pour les rénovations ou les dimensions atypiques. A contrario, le standard sera parfait pour le neuf. Il vous faudra attendre un certain délai pour recevoir votre fenêtre sur mesure, ce qui n’est pas le cas pour une fenêtre standard. Cependant, la plupart du temps, une fenêtre sur mesure vous permettra une personnalisation complète. Couleur, vitrage, forme… : vous pourrez choisir toutes les options que vous souhaitez. Mais n’oubliez pas qu’une fenêtre sur mesure aura un coût beaucoup plus élevé qu’une fenêtre standard.

Combles, sous-sol et buanderie : une pièce en plus

Les maisons regorgent bien souvent de pièces non utilisées. Que ce soit les combles, le sous-sol, la cave ou encore la buanderie, ce sont autant d’espaces de vie perdus. Pour y remédier et obtenir une pièce en plus, il n’y a qu’une seule solution : aménager ! Voici nos conseils pour avoir une pièce en plus chez soi facilement.

 

Aménager les combles

Aménager des combles est une solution optimale pour gagner de la surface : zoom sur les étapes pour aménager des combles…

 

Vous avez trouvé le logement idéal, mais il vous manque quelques mètres carrés. Avez-vous pensé aux combles ? Voici quelques astuces pour aménager des combles.

Avant de procéder à l’aménagement de combles, il est nécessaire de vous renseigner sur la qualité de ces derniers. En effet, certains combles sont aménageables, alors que d’autres ne le sont pas. S’ils le sont, la charpente et la pente de la toiture peuvent faciliter ou non votre aménagement de combles. Dans tous les cas, le dépôt d’un permis de construire est nécessaire si la surface à aménager est supérieure à 20 mètres carrés.

Pour aménager des combles, il est indispensable de penser à l’isolation. Pour cela, il convient de vérifier que votre toiture est bien isolée. Si ce n’est pas le cas, il est recommandé de vous occuper dans un premier temps de l’isolation de votre toiture avant de procéder à l’aménagement des combles.

Pour un bon aménagement de combles, pensez également à vérifier la qualité de vos sols et de vos murs pour choisir le revêtement de sol et les cloisons adéquats. Si le sol de vos combles n’est pas assez solide, il est nécessaire de le renforcer.

Enfin, aménager des combles nécessite de penser au chauffage et à l’électricité des nouvelles pièces. L’aménagement de combles peut donc entraîner un coût important, il est indispensable d’étudier tous les aspects : chauffage, électricité, fenêtres, avant de se lancer.

 

 

Aménager le sous-sol

 

Isolation, éclairage, démarches administratives… aménager un sous-sol peut s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît. Voici tout ce qu’il faut savoir.

Un loft, un bureau, une cave à vin, une buanderie… les possibilités d’aménagement d’un sous-sol sont nombreuses. Mais comment procéder ?

Aménager un sous-sol permet d’avoir une pièce à vivre supplémentaire à faible coût et de faire grimper la valeur de votre bien. Cependant, plusieurs précautions sont à prendre. Tout d’abord, il vous faudra régler le problème principal d’un sous-sol : l’humidité. Pour régler les éventuels problèmes d’infiltration, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

Pour ce qui est de l’éclairage, pensez aux puits de lumière. Ne nécessitant aucune démarche administrative, ils s’installent très rapidement et peuvent offrir beaucoup de luminosité à la pièce. Pour aménager un sous-sol, il est important aussi de l’isoler. Préférez une isolation par l’extérieur qui repoussera mieux l’humidité.

Au niveau des démarches administratives, il vous faudra obtenir l’accord de votre mairie. De plus, vous devrez prendre contact avec votre syndic si vous vivez en copropriété. Enfin, n’oubliez pas qu’en augmentant la superficie de votre logement, vous augmenterez également le montant de vos impôts.

 

 

Cave et buanderie

Aménagement de cave et de buanderie : découvrez tous nos conseils et astuces pour un aménagement réussi

Vous avez un sous-sol et vous avez besoin de quelques mètres carrés supplémentaires. Pourquoi ne pas procéder à l’aménagement d’une buanderie et d’une cave pour multiplier les rangements. Voici quelques conseils.

Un sous-sol est propice à l’aménagement d’une buanderie. En effet, machine à laver et sèche-linge font du bruit. Alors, pourquoi ne pas aménager une pièce spécialement conçue pour ces équipements ? Pour l’aménagement d’une buanderie, préférez un revêtement de sol qui limite le bruit des vibrations et qui tolère des inondations, tel que le carrelage ou le vinyle. L’aménagement d’une buanderie nécessite d’avoir une aération suffisante, une arrivée et une évacuation d’eau et des prises électriques adaptées aux électroménagers que vous allez installer dans cette pièce.

Si vous aimez le vin, le sous-sol est également l’emplacement idéal pour vous aménager une cave. La température du sous-sol permet de conserver vos vins à température optimale. Veillez néanmoins à surveiller le taux d’humidité dans le sous-sol. En effet, une humidité trop abondante risquerait de faire pourrir vos cartons de vin et même vos bouchons de bouteilles. La lumière dans la cave ne doit pas être trop forte. L’aération doit être suffisante, sans courant d’air.

Les travaux d’isolation

Que ce soit pour réduire votre facture énergétique ou pour garantir votre intimité, la solution est la même : une isolation optimale de votre maison ou de votre appartement. Mais avant de vous lancer dans des travaux d’isolation, il est primordial de vous renseigner. Avez-vous besoin d’une isolation phonique ou thermique ? Intérieure ou extérieure ? Avez-vous le droit à des aides financières ? Dans ce dossier, nous répondons à toutes ces questions afin que vous ne soyez plus jamais seul face à vos travaux d’isolation.

Isolation phonique : les solutions pour lutter contre le bruit  

Voisinage bruyant, logement vieillissant, cadre de vie sonore, le bruit vous gâche la vie ! Il est peut-être temps d’envisager la mise en place d’une bonne isolation phonique…

Pour 40 % des Français, le bruit et autres nuisances sonores sont une source de stress quasi quotidienne. Pour se protéger des bruits de la rue, du voisinage, mais aussi de ceux venant du logement, la meilleure option reste l’isolation. Si elle a un coût de départ, une bonne isolation phonique représente une réelle source de bien-être.

L’isolation acoustique, qu’est-ce que c’est ?

L’isolation acoustique, aussi appelée isolation phonique, est la mise en place de solutions pour atténuer les bruits environnants ou les supprimer complètement. Un logement peut être isolé du sol au plafond en passant par les fenêtres et les portes. Pour définir la solution la plus adaptée, il faut dans un premier temps déterminer la cause des nuisances sonores :

  • Les bruits aériens qui passent le plus souvent par les interstices des portes, fenêtres, volets…
  • Les bruits d’impact dits aussi « solidiens » qui sont des bruits extérieurs à une pièce. Un exemple ? Le bruit des talons qui claquent ou le passage d’un train.
  • Les bruits d’équipements qui proviennent du chauffage, de la tuyauterie…

Comment choisir son isolant phonique ?

Pour vous isoler des bruits, fuyez les produits universels qui vantent des performances miracles, mais qui ne règleront rien. Un papier peint ou une peinture ne peut en aucun cas servir d’isolant

acoustique, quoi qu’on vous dise ! Si vous avez un doute sur la marche à suivre pour isoler votre logement du bruit, faites appel à un acousticien qui établira un diagnostic précis de vos besoins en fonction de votre logement et du bâti.

Si vous souhaitez réaliser les travaux vous-même, sachez que les propriétés isolantes des matériaux sont étiquetées en dB :

  • Pour les bruits d’impact, l’indice d’efficacité aux nuisances sonores de choc est exprimé en dB
  • Pour les bruits aériens, l’indice d’affaiblissement acoustique Rw est exprimé en dB. Plus Rw est élevé, plus le matériau atténuera les bruits.
  • Pour les corrections acoustiques, on mesure le pouvoir absorbant d’un matériau. Il est indiqué par un coefficient global αw, compris entre 0 (inapproprié pour atténuer les bruits) et 1 (la correction acoustique est optimale).

 

Isolant thermique : les solutions anti déperdition de chaleur

Las d’avoir froid en hiver et trop chaud en été ? Votre logement est une vraie passoire énergétique ? Passez à l’heure de l’isolation thermique ! Confort et économies à la clé.

Greloter en hiver et transpirer l’été, très peu pour vous. Pourtant, dans votre logement, vous ne parvenez pas à maintenir une température idéale. Alors, vous surchauffez quand il fait froid et vous ouvrez les fenêtres en grand quand il fait chaud. Au final ? Une facture d’énergie très élevée ! Que faire ? C’est l’heure de commencer des travaux d’isolation thermique !

Pourquoi une bonne isolation thermique est-elle importante ?

Un logement bien isolé est source de bien-être été comme hiver. L’hiver, la chaleur ne s’échappe pas par les interstices, et l’été, l’enveloppe thermique permet de limiter son élévation. Plus qu’une histoire de confort, une bonne isolation thermique permet de faire d’importantes économies de chauffage en hiver et de climatisation en été.

Les différentes sortes d’isolants thermiques

Il existe différents types d’isolants à choisir parmi cinq grandes familles :

  • isolants minéraux ;
  • isolants synthétiques ;
  • isolants minces ;
  • isolants naturels ;
  • isolants intégrés.

Tous ont leurs avantages et inconvénients, à étudier en fonction de la surface à isoler.

SOS isolation thermique

Si vous n’envisagez pas de réaliser d’importants travaux d’isolation dans votre logement, certaines solutions s’offrent à vous pour limiter les déperditions de chaleur :

  • Isoler fenêtres et portes avec des joints en mousse
  • Isoler les tuyaux conducteurs d’eau chaude
  • Remplacer les fenêtres
  • Calfeutrer les foyers des cheminées
  • Mettre un rideau épais devant la porte d’entrée

 

Isolation extérieure : les solutions

Isolation extérieure ou isolation intérieure ? Quelle solution choisir pour isoler efficacement son logement ?

Pour offrir à un logement les meilleures performances énergétiques et thermiques possible, la solution isolation s’impose. Pour cela, deux options : l’isolation extérieure ou l’isolation intérieure. Zoom sur les caractéristiques de chacune.

Isoler les murs par l’extérieur

L’ITE (Isolation thermique par l’extérieur) consiste à isoler les murs d’une maison ou d’un immeuble par l’extérieur. Ce type d’isolation extérieure convient particulièrement aux rénovations, car elle a l’avantage de multiplier les performances thermiques et de permettre un ravalement de façade en même temps. L’ITE permet de limiter les pertes de chaleur en créant une enveloppe protectrice sur l’édifice.

Isoler les murs par l’intérieur

L’ITI (Isolation thermique par l’intérieur) est plus usitée dans le cadre d’une construction neuve. Elle promet un confort thermique optimal couplé à des économies d’énergie assurées. Il s’agit de créer une double enveloppe isolante. Pour cela, deux manières de procéder :

  • L’ITE sous enduit pour laquelle l’isolant est recouvert par un sous-enduit qui dissimule de la fibre de verre. La finition est assurée par un enduit.
  • L’ITE sous bardage pour laquelle des isolants sont insérés entre des ossatures de bois et fixés par des équerres. Le bardage est, lui, fixé sur l’ossature bois.

Ces deux solutions d’isolation thermique s’inscrivent dans le cadre de la Réglementation thermique 2012 si l’isolant utilisé est performant.

+ QUESTION – RÉPONSE

Existe-t-il des aides aux travaux d’isolation ?

Éco-prêt, CITE, TVA à taux réduit…, découvrez toutes les aides permettant de financer les travaux d’isolation de votre logement.

L’État a mis en place différentes aides pour encourager les propriétaires à réaliser des travaux de rénovation. Vous pouvez tout d’abord prétendre, sous certaines conditions, à la TVA à taux réduit pour les dépenses liées aux fournitures et à la main-d’œuvre. L’ANAH (Agence nationale de l’habitat) propose également des subventions pour réaliser des travaux d’isolation allant jusqu’à 50% du coût total. Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) permet, quant à lui, de bénéficier d’une réduction d’impôt si vous réalisez certains travaux. Dernière aide pour encourager les travaux d’isolation : l’éco-prêt à taux zéro. Ce dernier vous permet d’emprunter jusqu’à 30 000€ (sous certaines conditions) pour réaliser des travaux portant sur la performance énergétique de votre logement.

Aménagement de la salle de bain

Aménager une salle de bain est un projet qui peut s’avérer plus compliqué qu’il n’y paraît. Pour vous faciliter la tâche, n’hésitez pas à consulter notre guide qui vous expliquera l’ensemble des étapes à réaliser. Chauffage, éclairage, peinture, sol… Tout ce qu’il vous faut savoir pour construire ou refaire une salle de bain est dans ce dossier.

Le chauffage de salle de bain

L’installation d’un chauffage dans la salle de bain n’est pas un luxe pour profiter d’un moment agréable en toute chaleur. Voici des conseils pour une salle de bain bien chauffée.

Que vous soyez plutôt douche rapide ou bain chaud et bougies, pas question de faire l’impasse sur le chauffage de votre salle de bain. Pas de vilains frissons et de lèvres bleues avec un chauffage optimisé et bien pensé.

Pourquoi opter pour un chauffage dans la salle de bain ?

La salle de bain est une pièce où l’on est peu vêtu(e), voire pas du tout. Il est important qu’elle soit à la juste température pour ne pas avoir froid et pour s’y sentir bien. Le chauffage permet également de préserver votre salle d’eau des méfaits de l’humidité. Vous envisagez de faire des travaux dans votre salle de bain ? C’est peut-être le moment d’installer le chauffage dont vous avez besoin…

Choisir un radiateur de salle de bain

En matière de radiateurs de salle de bain, un large choix s’offre à vous. Il existe des radiateurs électriques ou au gaz, en fonte pour une longue durée, en aluminium pour un chauffage rapide, des radiateurs à chaleur douce plus respectueux de l’environnement, et même des radiateurs mixtes qui s’adaptent aux températures de mi-saison.

Miser sur le chauffe-serviette

Un chauffe-serviette est un radiateur qui permet un gain de place puisqu’il se fixe au mur à la verticale, et est conçu pour pouvoir accueillir des serviettes. Pas besoin de patères pour suspendre le linge, les serviettes peuvent sécher rapidement, et la chaleur se diffuse dans toute la salle de bain.

Installer un chauffage au sol

Le chauffage au sol permet une diffusion parfaite de la chaleur. Il est étudié pour ne pas dépasser une certaine température, et se règle plus simplement que d’autres types de chauffage. Il peut être électrique, très énergivore, ou à eau, et requiert souvent l’aide d’un professionnel au moment de l’installation.

Un chauffage soufflant pour la salle de bain ?

Pour compléter votre chauffage habituel, un système de chauffage soufflant peut faire un excellent appoint, surtout au printemps ou en automne où on hésite à lancer les radiateurs. Un chauffage soufflant est également parfait pour une résidence secondaire que l’on ne chauffe qu’à l’occasion. Les chauffages soufflants sont des appareils qui se posent au sol, ou se fixent au mur. Il suffit de les déclencher une dizaine de minutes avant de se déshabiller, et la pièce se remplit d’air chaud. Place à la détente.

 

L’éclairage de salle de bain

Les luminaires de salle de bain ne servent pas qu’à apporter de la lumière. Ils peuvent aussi agrandir une salle de bain trop petite.

Vous entamez les travaux dans votre salle de bain ? Avant de commencer, pensez éclairage : les luminaires, appliques et plafonniers de salle de bain peuvent grandir une pièce et seront utiles lors de la toilette. Comment choisir ? On vous explique.

Pourquoi bien penser son éclairage de salle de bain ?

Quand on aménage sa salle de bain, pas question de faire l’impasse sur les luminaires. Ils vont créer l’ambiance, permettre d’y voir clair et peuvent jouer sur la surface et la luminosité de la pièce. Vous passez du temps devant le miroir ? Une pièce mal éclairée risque de vous gêner au moment de la coiffure ou du maquillage. Appliques, plafonniers, néons ou spots, un grand choix est possible.

Choisir des appliques pour la salle de bain

Les appliques se fixent au mur. Selon ses goûts, on peut en trouver de différents volumes et de différents matériaux. Les appliques en fer forgé donnent une ambiance chaude à la salle de bain. Les appliques en verre savent se faire discrètes. Pour une salle de bain design, on privilégie des appliques en métal brossé.

Bien placer ses plafonniers de salle de bain

Les plafonniers de salle de bain diffusent la lumière par le haut. Il est intéressant de les placer au-dessus d’une baignoire ou d’une douche, en les protégeant des éclaboussures éventuelles. On place également des plafonniers à différents endroits de la salle de bain quand celle-ci est spacieuse.

Des luminaires pour jouer avec les miroirs

Un jeu entre miroirs et luminaires est une astuce pour agrandir une salle de bain trop petite. On peut choisir de placer des rubans LED ou des néons, toujours au-dessus des miroirs. Cela permet de réfléchir les lumières dans toute la salle de bain.

Le bon choix d’ampoules pour les luminaires de salle de bain

Choisir ses luminaires de salle de bain est une chose, faire le bon choix d’ampoules en est une autre. Pour une ambiance chaleureuse, les ampoules LED ou à économie d’énergie sont un choix judicieux. Les ampoules halogènes sont moins coûteuses, mais peuvent créer une ambiance froide et durent moins longtemps.

 

L’aménagement d’une petite salle de bain

Pas question de se laisser miner la toilette du matin parce que la salle de bain est trop petite. Alors on déplace, on imbrique, on aménage, on range, et on gagne de l’espace pour profiter de ces moments pour soi.

Un radiateur porte-serviettes pour une petite salle de bain

Les radiateurs ne sont pas forcément esthétiques, et les serviettes qui pendent au mur non plus. Un radiateur porte-serviettes peut faire deux en un : gain de place et de rangement dans l’aménagement de la salle de bain, et chauffage performant.

Installez une douche à l’italienne

Une douche à l’italienne est plutôt simple à installer, et c’est un grand gain de place dans l’aménagement de votre salle de bain. Pas de bac de douche, pas de porte, et une plus grande perspective. Il faut seulement créer la juste pente au sol pour l’évacuation des eaux usées. Vous pouvez séparer par une paroi vitrée qui protège l’espace lavabo.

Jouez des couleurs et de la lumière dans votre petite salle de bain

L’aménagement d’une petite salle de bain est optimisé par des jeux de teintes et de lumières. Privilégiez des tons chauds et plutôt sur de petites surfaces. Évitez les quatre murs peints d’une seule couleur. Le blanc agrandit une pièce. Des spots au plafond et des miroirs donnent une impression d’espace.

Des paniers de rangement dans votre petite salle de bain

L’aménagement d’une petite salle de bain tient aussi aux matériaux et objets qui la composent. Ainsi, les paniers en rotin sont très jolis, chaleureux, et se glissent sur une étagère en hauteur ou sous un lavabo. On peut y ranger les serviettes, le nécessaire à pharmacie ou les produits d’entretien.

Marchez à grands pas dans votre petite salle de bain

Souvent, les petites salles de bains sont carrelées avec de petites mosaïques. Ces petits carreaux créent un sentiment d’étouffement. N’hésitez pas à les remplacer avec un carrelage au sol composé de grandes dalles, plutôt dans des teintes claires, sauf si vos murs sont blancs, auquel cas des tons plus foncés sont permis.

 

Peinture de salle de bain

Que vous aimiez les ambiances chaleureuses ou les espaces design, vous ne pouvez pas passer à côté de la couleur de votre salle de bain. Voici 5 idées pour vous guider.

La salle de bain, comme toutes les pièces, mérite toute votre attention au niveau de ses couleurs. Cela va créer son ambiance et vous aider à vous y sentir bien. Alors, quelles sont les couleurs à privilégier dans une salle de bain ?

Des couleurs sablées pour une salle de bain zen

Si pour vous, salle de bain rime avec espace détente, choisissez des tons beiges, sable, plutôt clairs.

Il est possible de ne peindre qu’un pan de mur, en laissant le reste en blanc.

Une couleur rouge ou jaune pour une salle de bain vitaminée

Si vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous lever le matin, une couleur rouge ou jaune est parfaite dans votre salle de bain. Les peintures satinées sont parfaites pour ces couleurs qui jouent avec la lumière.

Ambiance contemporaine avec une couleur grise de salle de bain

Pour une salle de bain, les couleurs grises, plutôt foncées sont une bonne idée pour une ambiance contemporaine et design au goût du jour. Ce sont des couleurs qui conviennent plus aux grandes salles de bains. Sinon limitez le gris à la cabine de douche ou au plan du lavabo.

Une couleur blanche dans la salle de bain pour agrandir

Si vous avez une petite salle de bain, évitez les couleurs trop sombres, ou alors par petites touches pour une ambiance moins clinique. Le blanc a la capacité d’agrandir une petite salle de bain et en apportant en plus une atmosphère relaxante.

Une salle de bain élégante avec des couleurs froides

Les tons froids ne signifient pas une ambiance désagréable pour votre salle de bain. Les bleus et les verts sont des couleurs de salle de bain qui donnent une touche d’élégance, sans être trop présentes.

 

Le sol de salle de bain 

Le choix du sol de salle de bain n’est pas à prendre à la légère. Vous allez marcher dessus pendant des années. Quelques conseils sur les sols de salle de bain.

 

Des sols pour salle de bain, ce n’est pas ça qui manque. Quand on doit le choisir, il est primordial de prendre en compte quelques critères au niveau du matériau : sa durée de vie, son imperméabilité, son entretien…

Un sol de salle de bain en PVC pour une pose rapide

Si vous avez décidé de poser vous-même votre sol de salle de bain, un revêtement en PVC sera idéal. Les revêtements de sol en PVC peuvent prendre toutes les teintes et imitent à la perfection l’ardoise ou le parquet. Ils sont présentés en dalles ou en lames qui se collent sur n’importe quelle surface.

Un carrelage de salle de bain pour un effet brillant

Le carrelage demeure un bon choix pour un sol de salle de bain. Si vous n’êtes pas très bricoleur, confiez sa pose à un professionnel. Sinon, sur une dalle plane, collez les carreaux en laissant un petit espace entre chacun. Puis vous pouvez jointer les espaces entre les carreaux. Mettez des tapis devant la sortie de douche ou de bain pour éviter les glissades.

Une atmosphère naturelle avec un sol de bains en bois

Le parquet est un bon choix pour un sol de salle de bain, à condition de savoir l’entretenir. Il en existe plusieurs essences, proposant des teintes allant du blanc beige au gris anthracite. Pour se faciliter la tâche au moment de la pose, les lames de parquet à clipser sont parfaites. Si vous choisissez du parquet en sol pour salle de bain, veillez à ne pas laisser stagner d’eau : le bois pourrait pourrir.

Ambiance design avec un sol pour salle de bain en béton ciré

Le béton ciré est très tendance et idéal pour un sol de salle de bain. Facile à réaliser, imperméable et très simple d’entretien, c’est un choix qui allie sophistication et chaleur. Il apporte à votre salle de bain une touche industrielle très recherchée. Vous n’avez plus qu’à choisir la teinte.

Les matériaux à éviter pour votre sol de salle de bain

La salle de bain est une pièce humide, il convient donc d’éviter les matériaux qui peuvent favoriser cette humidité ou la prolifération de bactéries ou de champignons. Ainsi, même si c’est très chaleureux, le jonc de mer n’est pas recommandé pour un sol de salle de bain, pas plus que la moquette. Un joli tapis peut par contre apporter la même touche de chaleur.

 

Choisir le bon revêtement de sol pour mon logement

Vous avez pour projet de refaire le revêtement de sol de votre maison ou de votre appartement ? Grâce à cette rubrique, vous allez pouvoir vous renseigner sur l’ensemble des solutions existantes de revêtement de sol intérieur et extérieur. Est-il préférable de choisir un sol en marbre ou en granit ? Parquet ou sol adhésif ? Terrasse en bois ou en béton ? Autant de questions que vous ne vous poserez plus après avoir lu nos conseils.

 

Le sol en béton ciré : pour et contre ?

Le sol en béton ciré présente des avantages indéniables. Ses atouts sont néanmoins contrebalancés par son coût d’achat et de pose non négligeable.

Vous avez des doutes sur l’usage du béton ciré pour le sol de votre logement ? Voici les avantages et les inconvénients du sol en béton ciré.

Le sol en béton ciré est disponible en diverses teintes. Il donne un effet ultramoderne à une pièce, et est très souvent utilisé dans les lofts. Son aspect donne une impression d’espace qui agrandit les pièces. Le béton ciré s’adapte à tous les goûts et les styles puisqu’il existe en de nombreux effets : béton, mat, brillant, lisse.

En contrepartie de cet avantage majeur, le sol en béton ciré a un coût non négligeable. Sa pose coûte 85 à 180 euros le mètre carré. Néanmoins, ce coût d’investissement est contrebalancé par une caractéristique essentielle du béton ciré : sa résistance. En effet, le sol en béton ciré est très résistant, et les fissures sont très rares. Il peut, de plus, être traité pour être imperméable et insensible au gel.

Question nettoyage, le sol en béton ciré présente un inconvénient important : la poussière est très visible sur ce type de sol, et lorsqu’il est mouillé, attention : terrain glissant. En revanche, le béton ciré peut aussi bien être utilisé pour le sol que pour les murs ou un plan de travail dans la cuisine.

 

Sol en granit : pour et contre ?

Découvrez les avantages et les inconvénients du sol en granit pour le revêtement de vos sols

Vous souhaitez opter pour l’élégance du granit pour le recouvrement de vos sols. État des lieux des avantages et des inconvénients du sol en granit.

Le granit est une pierre naturelle la plus chère sur le marché. Ce prix exorbitant s’explique par la résistance et l’élégance de cette pierre. Choisir un sol en granit est donc un choix coûteux, mais ce revêtement de sol sublimera à merveille votre intérieur.

Le sol en granit peut être posé en intérieur tout comme en extérieur. En effet, ce revêtement de sol résiste même au gel. Côté esthétique, le granit se développe en plusieurs teintes et peut donc convenir à tous les styles. En revanche, sa couleur peut changer avec le temps ce qui peut parfois être dérangeant.

Bien qu’il soit très résistant et qu’il supporte toutes les agressions, le sol en granit sera moins apprécié par les « frileux ». En effet, le granit est une pierre froide, sortez les pantoufles !

Question nettoyage, le sol en granit est une pierre 100 % naturelle. Il se nettoie facilement et ne nécessite aucun traitement spécifique.

 

 

Sol en marbre : pour et contre ?

 

Et si vous optiez pour un sol en marbre ? Résistant, chic et lumineux, le marbre est un matériau qui mérite toute votre attention. Zoom sur ses avantages et ses quelques inconvénients.

Lumineux et chic, le sol en marbre a la cote dans nos intérieurs. Remis au goût du jour et modernisé, il s’adapte à tous les styles et à toutes les envies. Mais pour le choisir en toute connaissance de cause, et déterminer s’il est adapté à votre utilisation, mieux vaut en connaître les avantages et les inconvénients.

Le sol en marbre a l’avantage de pouvoir être installé aussi bien en extérieur qu’en intérieur. Il résiste sans mal aux aléas du temps, aux chocs et aux agressions. Adaptable, il se décline en une multitude de formes et de coloris. Mat pour les uns, rugueux pour les autres ou encore lisse et doux, le toucher est fonction de vos envies. Côté couleurs, le sol en marbre est tour à tour rose, blanc, gris, jaune… Enfin, le marbre illumine la pièce comme aucun autre matériau ne sait le faire.

Mais comme toujours, aux avantages répondent certains inconvénients. Il reste préférable de traiter le sol en marbre, surtout en extérieur. Car laissé naturel, il n’offre qu’une faible résistance à l’humidité et aux tâches. Ensuite, le sol en marbre est lourd, très lourd même. Il est donc nécessaire de vérifier que la surface visée peut l’accueillir sans besoin de consolidation. Enfin, son coût n’est pas accessible à toutes les bourses…

 

 

Peindre un sol en carrelage : pour et contre ?     

 

Plus rapide et économique que la réalisation d’un nouveau revêtement, peindre un sol en carrelage offre des avantages indéniables. Mais est-ce réellement une bonne idée ?

Peindre un sol en carrelage est une solution plus rapide et économique que réaliser un nouveau revêtement. Mais est-ce réellement une bonne idée ?

Pour réaliser de petites finitions décoratives, peindre du carrelage au sol s’avère tout d’abord être une solution beaucoup moins onéreuse que changer le revêtement. De plus, vous avez la possibilité de modifier les couleurs de peintures et de joints, et ainsi de personnaliser votre sol à votre guise. En utilisant de la peinture de sol, l’entretien de votre carrelage sera facile au quotidien, et la finition restera longtemps. Attention toutefois : pour cela, il faudra veiller à respecter une mise en œuvre bien particulière.

Le principal inconvénient de la peinture sur carrelage est sa réalisation. En effet, les travaux peuvent s’avérer relativement longs et fastidieux (notamment l’étape du ponçage). Si vous n’êtes pas très minutieux(se) et méthodique, le résultat risque de ne pas être à la hauteur de vos espérances. Il est à noter que la peinture de sol tiendra bien évidemment moins longtemps que si vous réalisiez un nouveau revêtement.

 

Sol adhésif : pour et contre ?   

 

Plus rapide à la pose, plus facile d’entretien…, le sol adhésif présente de nombreux avantages. Pour autant, est-ce réellement une bonne idée ? Décryptage.

Il existe de nombreux modèles de sols adhésifs : carrelage, parquet, moquette… Plus rapide à l’installation et moins coûteuse, cette solution a de quoi séduire. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Le principal avantage du sol adhésif est sa facilité de pose. En effet, il suffit de l’appliquer sur le sol de la pièce, de découper ses contours et de le scotcher. Il existe aussi une incroyable variété de modèles et de design. Ainsi, vous pouvez opter pour un sol adhésif, et ce, pour n’importe quelle pièce de la maison. Il sera même possible de le poser dans la salle de bains puisqu’il existe des modèles résistants à l’eau. L’entretien sera également facilité grâce à cette solution, car il suffira de passer un coup d’éponge dessus pour le nettoyer. Enfin, dernier avantage et non des moindres : son coût d’installation. Pas besoin d’être un(e) expert(e) pour poser un sol adhésif, ce qui permettra d’économiser sur la main-d’œuvre.

Mais le sol adhésif comporte aussi plusieurs inconvénients. Tout d’abord, il peut être relativement cher (selon le modèle choisi). Le rendu esthétique sera également beaucoup moins beau que celui d’un vrai parquet ou carrelage. Enfin, le sol adhésif est moins résistant qu’une solution plus classique. C’est pourquoi il faudra le changer bien plus tôt qu’un vrai parquet par exemple.

 

Le parquet  : pour et contre ? 

 

Parquet stratifié, parquet flottant ou parquet massif ? Vous ne savez pas quelle solution choisir. Voici nos conseils pour faciliter votre décision.

Il existe de nombreux modèles de parquets. C’est la raison pour laquelle il est possible d’hésiter entre un parquet flottant, un parquet stratifié ou encore un parquet massif lors d’un aménagement. Tour d’horizon.

Tout d’abord, il est important de faire la différence entre parquet et stratifié. Le premier peut être massif, flottant, collé ou même cloué. Il est alors composé de bois. Le stratifié quant à lui peut être une imitation du bois, mais est composé en réalité de matériaux composites. Le parquet stratifié, qu’il convient plutôt d’appeler sol stratifié, offre plusieurs avantages : sa pose et son entretien sont faciles, de nombreux design différents sont proposés, et il offre une isolation thermique plutôt bonne. Toutefois, le principal inconvénient du stratifié est une durée de vie relativement faible comparée à celle d’un parquet en bois. De plus, le rendu visuel sera moins appréciable.

Le parquet flottant reprend plusieurs avantages du sol stratifié : pose facile et grand choix de design. Mais il offre également un rendu authentique ainsi qu’une grande longévité. Cependant, l’isolation phonique sera moindre avec cette solution. Et le parquet massif alors ? Celui-ci offre un très bon rendu esthétique, une bonne résistance à l’usure normale, un large choix d’aspects, une isolation thermique et phonique optimale, ainsi qu’une très longue durée de vie. Mais contrairement au parquet flottant et au stratifié, le parquet massif peut s’avérer relativement cher au niveau de la pose (nécessité de faire appel à un professionnel) et de l’achat des matériaux.

 

Terrasse en bois composite : pour et contre ?  

 

Plus facile d’entretien et pratique au quotidien, la terrasse en bois composite a le vent en poupe. Découvrons les avantages et inconvénients de cette solution.

Pour construire une terrasse, de nombreuses solutions existent. Car plus facile d’entretien, de nombreuses personnes font le choix d’une terrasse en lames composites. Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Le composite, c’est quoi ? Le bois en composite est un mélange de fibres de bois et de résines plastiques issu du recyclage. Son aspect imite celui du bois véritable. En réalisant une terrasse en bois composite, vous opterez tout d’abord pour une solution très résistante et pérenne. En effet, les lames composites sont généralement ininflammables, ne craignent pas l’humidité, et sont résistantes à différents parasites (insectes, champignons, etc.). Le bois composite est qui plus est antidérapant et sans échardes. De plus, votre terrasse en composite sera plus facile à installer qu’une terrasse en bois massif par exemple. Dernier avantage, le composite ne nécessite que très peu d’entretien, et ne changera pas de couleur au fil du temps.

Mais une terrasse en bois composite comporte aussi quelques désavantages. Tout d’abord, cette solution offre un rendu visuel moins esthétique qu’en bois massif. De plus, le composite peut se détériorer à cause des rayons UV, mais également brûler les pieds lorsqu’il a accumulé trop de chaleur. Enfin, il est à noter que le prix du bois composite sera équivalent à celui d’un bois exotique.

 

Sol en résine : pour et contre ?    

 

Vous hésitez à réaliser un revêtement de sol en résine ? Pour faciliter votre décision, découvrez les avantages et inconvénients de cette solution.

Conférant un aspect décoratif à une surface, tout en la protégeant, la résine est de plus en plus appréciée par les particuliers. Mais est-ce une bonne idée de réaliser un sol en résine ?

La résine est une sorte de plastique que l’on applique sur une surface solide, généralement en béton. Principalement utilisés dans les industries autrefois, les sols en résine ont fait leur apparition au sein des logements. Cela s’explique tout d’abord par le fait qu’un revêtement de sol en résine est très facile d’entretien. En effet, il suffit généralement d’un simple coup d’éponge. De plus, cette solution est très abordable en termes de prix. L’entrée de gamme se situe aux alentours de 50 € le mètre carré, pose comprise. Enfin, un sol en résine est relativement facile à rénover. Il suffit de poncer la surface et d’appliquer une nouvelle couche de résine.

Cependant, un sol en résine peut être très glissant. C’est pour cela que la résine doit généralement être mélangée avec d’autres composants afin de la rendre antidérapante. Une formule qui augmentera considérablement le coût. Pour nettoyer un revêtement de sol en résine, il faut éviter tout produit corrosif, car cela pourrait l’endommager. Enfin, il est préférable de faire appel à un professionnel pour poser la résine si la surface à recouvrir est importante. Effectivement, il n’est pas aisé pour un bricoleur amateur de garantir une vraie régularité de pose.

 

Sol PVC imitation parquet : pour et contre ? 

 

Quels sont les avantages et les inconvénients d’un sol PVC imitation parquet ? Retrouvez les réponses à toutes vos questions dans notre dossier spécial.

Pour transformer l’ambiance d’une pièce, rien de tel que de changer le revêtement du sol. Facile d’entretien, le sol PVC imitation parquet a depuis quelques années le vent en poupe. Mais quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Un revêtement de sol en lames PVC offre des avantages comparables à ceux du stratifié : sa pose est facile (soit adhésif, soit à clipser), l’entretien est rapide, et il propose un large choix d’aspects et de finitions. Mais contrairement au stratifié, un revêtement de sol PVC est résistant à l’eau. Il sera donc possible, par exemple, de le réaliser dans la salle de bains. De plus, son coût à l’achat est relativement faible puisqu’il faudra compter entre 10 et 30 € le mètre carré en moyenne.

Cependant, bien qu’un revêtement de sol en PVC puisse imiter du parquet, le rendu ne sera jamais aussi esthétique qu’avec du vrai bois. De plus, la résistance sera moindre, et il est possible que vous deviez le remplacer plus tôt qu’un parquet massif par exemple. Au final, tout dépend de vos envies et de votre budget.

plan travail cuisine materiau

Le plan de travail dans la cuisine

Le plan de travail d’une cuisine est un élément incontournable. On peut en acheter un prêt à monter ou faire réaliser un plan de travail sur mesure. Quoi qu’il en soit, matériaux et entretien sont également des paramètres à prendre en compte quand on sélectionne son plan de travail de cuisine.

Comment choisir son plan de travail de cuisine ?

La première question à vous poser est : quelle est ma façon de cuisiner ? Quand vous allez choisir un plan de travail de cuisine, c’est important de savoir si vous allez réaliser des préparations de chef étoilé ou de simples casse-croûte. En fonction de vos envies de cuisiner, vous déciderez d’un plan de travail de cuisine plus ou moins long.

plan travail cuisine bien choisir

Les bons matériaux d’un plan de travail de cuisine

Béton ciré, carrelage, bois, PVC ou marbre, tout est possible dans le choix du matériau d’un plan de travail de cuisine. A vous de savoir celui qui convient le mieux à l’esthétique que vous souhaitez apporter à la pièce. Le béton ciré est très simple à poser et s’entretient d’un coup d’éponge. Le bois peut être taché, mais a une jolie durée de vie. Quant au carrelage, faites attention aux joints. Le marbre est un peu plus coûteux. Quant au PVC, attention aux coups de couteau.

plan travail cuisine materiau

Un plan de travail de cuisine sur mesure

Si vous avez des envies particulières, que votre cuisine a un aménagement hors du commun ou que vous n’êtes pas bricoleur, tournez-vous vers un spécialiste de la cuisine pour vous proposer une solution de plan de travail de cuisine sur mesure. Il pourra même le poser à votre place.

plan travail cuisine sur mesure

Un plan de travail de cuisine à la mesure de son budget

Si vous envisagez de poser un nouveau plan de travail de cuisine, n’hésitez pas à demander des devis, que ce soit dans un magasin spécialisé ou auprès d’un artisan. Certains matériaux de plan de travail de cuisine sont bien plus coûteux que d’autres. C’est le cas du verre ou des résines. Le bois est raisonnable. Et un plan de travail de cuisine sur mesure est forcément plus onéreux.

budget plan travail cuisine

Protéger son plan de travail de cuisine

Certains matériaux de plan de travail de cuisine résistent à tout ou presque : fortes températures ou lames de couteaux… D’autres sont plus fragiles. Ainsi le bois stratifié, le marbre, le béton ciré et le verre sont des matériaux solides. Mais le bois exotique doit être régulièrement huilé. Et toutes les résines doivent être protégées au moment de la découpe.

proteger plan de travail cuisine

Quelle hauteur pour le plan de travail de ma cuisine ?

La hauteur du plan de travail d’une cuisine dépend en premier lieu de votre taille. Néanmoins, en cas de revente ou de location, les hauteurs devront également être adaptées au nouvel habitant. C’est pour cela que la norme est d’avoir un plan de travail dont la hauteur est comprise entre 85 et 95 cm. De la sorte, il vous arrivera à hauteur de ceinture, vous permettant par exemple de toucher le fond de l’évier sans avoir à vous pencher. Mais après tout, rien ne vous empêche de ne pas suivre ces règles et d’installer votre plan de travail plus haut ou plus bas si cela est plus adapté à votre situation. De plus, il est important de prendre en compte la hauteur des équipements que vous souhaiteriez éventuellement placer sous votre plan de travail.

La kitchenette

Vous désirez aménager une kitchenette dans un studio ou dans un petit espace ? Nos conseils pour une cuisine à la fois fonctionnelle et peu encombrante.

Première question à vous poser : pouvez-vous abattre une cloison pour créer une mini cuisine américaine ? De la sorte, vous gagnerez en luminosité et cela vous permettra de créer un vrai espace où manger. Pensez également aux éléments encastrés. En effet, pour intégrer de gros équipements tels qu’un frigo ou un lave-linge, il est préférable de les encastrer. Lors de la création de votre kitchenette, soyez malin et tentez de rationaliser au maximum l’espace : installer des plaques électriques au-dessus du réfrigérateur, choisir des appareils multifonctions, etc.

Côté rangement, optez pour des solutions fonctionnelles. Privilégiez les étagères et les rails sur lesquels suspendre les ustensiles de cuisine plutôt que les meubles. En les plaçant à proximité de la zone de cuisson, vous gagnerez à la fois en place et en praticité. Enfin, si vous manquez vraiment de place, n’oubliez pas qu’il est possible d’intégrer une kitchenette dans le mur d’un couloir.

Créer une cuisine sur mesure

Créer une cuisine sur mesure ne s’improvise pas. On ne peut pas être menuisier ou cuisiniste du jour au lendemain. Voici quelques astuces pour créer une cuisine sur mesure.

La première étape pour créer une cuisine sur mesure consiste à établir un plan de votre cuisine et à se poser les bonnes questions :

– Quel est votre mode de vie ?

– Aimez-vous cuisiner ?

– Mangez-vous dans votre cuisine ?

– De quels types de rangement avez-vous besoin ?

Votre cuisine sur mesure doit contenir trois espaces distincts que les cuisinistes appellent «le triangle». Le premier espace, l’espace de rangement, comprend le réfrigérateur et le garde-manger. Il convient donc d’opter pour des rangements du type étagères et casiers à bouteilles pour stocker vos réserves. Le second espace, le plan de travail et la cuisinière, se compose du four, du micro-ondes et de la table de cuisson. Le dernier espace, l’espace nettoyage-évier, est composé de l’évier, de meubles de rangement pour les produits d’entretien, de la poubelle, et des rangements pour la vaisselle.

Idéalement, de nombreux outils de conception de cuisine sur mesure 3D vous permettent d’imaginer votre cuisine à partir du croquis et des mesures que vous avez prises. Vous pourrez avoir un aperçu virtuel de votre future cuisine sur mesure.