Quels sont les diagnostics immobiliers obligatoires lors d’une vente ?

Savez-vous que différents diagnostics immobiliers sont obligatoires lors de la vente d’une maison ou d’un appartement, tandis que d’autres sont simplement préférables ? Performance énergétique, amiante, plomb, loi Carrez, termites… : découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les diagnostics immobiliers avant de mettre votre bien en vente.

 

Le diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic de performance énergétique fait partie des diagnostics obligatoires à produire lors de la vente d’un bien immobilier.

Vous vous sentez perdu(e) dans la jungle des diagnostics à réaliser pour vendre votre bien immobilier. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic de performance énergétique (DPE).

Vous avez décidé de vendre votre maison ou votre appartement. Sachez que vous êtes dans l’obligation de faire réaliser un diagnostic de performance énergétique. Le DPE obligatoire doit être inséré dans le dossier de diagnostic technique qui est annexé à l’avant-contrat. Les candidats acquéreurs doivent pouvoir avoir connaissance du diagnostic de performance énergétique avant de signer l’avant-contrat.

Le DPE obligatoire a une durée de validité de dix ans. À ce titre, vous n’êtes pas tenu(e) de faire réaliser un nouveau diagnostic de performance énergétique si vous en possédez déjà un de moins de dix ans. Le diagnostic de performance énergétique est réalisé par un professionnel certifié.

Le DPE obligatoire doit figurer sur l’annonce immobilière de mise en vente du bien. Ce document contient les indications suivantes :

– les caractéristiques du logement ;

– la quantité d’énergie consommée pour chaque équipement du logement ;

– l’évaluation de la quantité d’émission de gaz à effet de serre ;

– l’indication de la quantité d’énergie renouvelée consommée ;

– le classement du logement quant à sa consommation énergétique annuelle, et l’impact annuel de cette consommation sur les émissions de gaz à effet de serre.

 

Le diagnostic amiante

 Avant de mettre votre bien en vente, avez-vous pensé à réaliser un diagnostic amiante ? Selon l’ancienneté de votre maison ou appartement, cela peut être obligatoire.

À l’occasion d’une vente immobilière, un diagnostic amiante doit être réalisé pour certains logements.

Tous les biens immobiliers ayant reçu un permis de construire avant le 1er juillet 1997 doivent être diagnostiqués à l’amiante. Cela concerne tous les bâtiments, qu’il s’agisse des parties communes ou privatives, de logements individuels ou collectifs, d’un commerce ou d’une habitation.

Une fois réalisé et en l’absence d’amiante, le diagnostic a une validité illimitée. Dans le cas contraire, le propriétaire a plusieurs obligations possibles selon le taux d’amiante présent : évaluer périodiquement l’état de conservation des matériaux, réaliser une mesure d’empoussièrement dans l’atmosphère ou réaliser des travaux de confinement ou de retrait.

Réaliser un diagnostic amiante est à l’initiative du vendeur. Celui-ci doit être intégré au dossier technique du bien au sein de la promesse de vente. Seul un diagnosticur certifié par le Cofrac peut effectuer ce diagnostic. Un vendeur ne s’acquittant pas de cette obligation peut se voir infliger une amende et être attaqué par l’acquéreur pour vices cachés.

 

 

Les diagnostics termites

Le diagnostic termites est parfois obligatoire dans une vente immobilière. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic termites

Vous vendez votre bien immobilier, mais vous vous noyez dans l’océan des diagnostics à établir avant la vente. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic termites.

Le diagnostic termites est un diagnostic à effectuer obligatoirement lors de la vente d’un bien immobilier qui se situe dans une zone contaminée. Avant de vendre votre logement, renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre préfecture pour savoir si votre logement se situe dans une telle zone.

Lorsque le diagnostic termites est obligatoire, il doit figurer dans le dossier technique annexé au compromis de vente et à l’acte définitif de vente de votre bien immobilier. Le diagnostic termites doit être réalisé dans les 6 mois précédents la signature de l’avant-contrat ou de l’acte définitif de vente.

Ce diagnostic consiste à analyser tous les éléments du logement en structure bois pour constater ou non la présence de termites. Le diagnostic termites doit être effectué par un diagnosticur certifié. Son prix varie entre 100 à 150 euros. Si le diagnostic n’est pas annexé à l’avant-contrat de vente, l’acheteur peut saisir le tribunal d’instance pour obtenir une diminution du prix de vente du logement s’il découvre postérieurement des termites dans le bien immobilier.

Le diagnostic plomb

Obligatoire lors de vente ou de la location d’un logement construit avant 1949, le diagnostic plomb a une visée : protéger la santé des futurs occupants.

Il y a quelques années, le plomb était très prisé dans les peintures de bonne qualité. Il s’est donc retrouvé dans nombre de logements. Mais peu à peu, un constat s’est imposé : l’exposition au plomb est nocive pour la santé.

C’est pourquoi, lors de la vente ou de la location d’un logement construit avant le 1er janvier 1949, un propriétaire a obligation de fournir le diagnostic plomb. Annexé au compromis de vente ou intégré dans le bail, il permet d’assurer la santé et la sécurité des futurs occupants.

Pour faire réaliser un diagnostic au plomb, faites appel à un expert certifié. Il analysera vos murs, plafonds, fenêtres, volets, portes… sans aucune dégradation.

Si la présence de plomb est détectée, le propriétaire doit non seulement en informer les acheteurs ou locataires, mais également entretenir les peintures ou les supprimer si elles sont abîmées.

Le diagnostic au plomb est valable un an dans le cadre d’une vente, six mois pour une location et à vie s’il est réalisé après le 25 avril 2006 et révélé négatif.

Le diagnostic loi Carrez

Obligatoire lors de certaines ventes, le diagnostic loi Carrez permet de calculer la surface habitable d’un bien. Décryptage.

Au moment d’une vente immobilière, plusieurs diagnostics sont obligatoires. C’est notamment le cas pour le diagnostic loi Carrez.

Ce diagnostic est obligatoire pour toute vente d’un logement en copropriété d’une surface supérieure ou égale à 8 m2. Appartements, chambres de services et autres locaux commerciaux sont donc concernés. En revanche, il n’existe aucune obligation pour les maisons individuelles. Le diagnostic loi Carrez permet de calculer la surface habitable du bien mis en vente. Il est à noter que différents éléments n’entrent pas dans ce calcul : surfaces dont la hauteur est inférieure à 1,80 m, les terrasses, les garages, les jardins, etc.

Le vendeur n’a pas l’obligation de faire appel à un professionnel pour déterminer la surface habitable de son bien. Cependant, il est fortement conseillé de le faire, car l’acquéreur peut se retourner contre lui en cas d’erreur. Si vous faites appel à un expert, celui-ci vous délivrera une attestation loi Carrez dont la validité est illimitée tant que le logement ne subit pas de modifications.

Le diagnostic gaz

Logements concernés, durée de validité, contenu…, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic gaz.

Lors de la vente d’un logement, différents diagnostics immobiliers sont obligatoires. C’est le cas notamment du diagnostic gaz dans certaines situations. Explications.

Le diagnostic gaz, ou état de l’installation intérieure du gaz, permet d’avoir un indice sur le niveau de sécurité des équipements. Dans le cas de la vente d’un logement, le propriétaire a l’obligation de réaliser ce diagnostic si l’installation de gaz date d’au moins 15 ans. La durée de validité de cette étude est de 3 ans, et elle doit être réalisée par un professionnel accrédité.

Le diagnostic gaz doit contenir plusieurs informations : l’état des appareils de chauffage et de production d’eau chaude, l’aménagement des pièces où se trouvent des appareils fonctionnant au gaz, et l’état des tuyauteries. Une fois réalisé, ce diagnostic doit être annexé à la promesse de vente (ou à l’acte de vente), et remis aux éventuels acquéreurs. Il est à noter que le vendeur n’a aucune obligation de réaliser des travaux si l’état des installations est diagnostiqué comme étant mauvais.

 

 

Le diagnostic sur l’état des risques naturels, miniers et technologiques   

Un vendeur ou un propriétaire bailleur a l’obligation d’informer l’acquéreur ou le locataire sur l’état des risques naturels, miniers et technologiques du logement.

Lors de la vente d’un logement, le vendeur a l’obligation de réaliser un diagnostic sur l’état des risques naturels, miniers et technologiques de son bien.

Le document appelé « état des risques naturels, miniers et technologiques » permet de savoir si un logement est situé dans une zone soumise à un risque naturel (mouvement de terrain, sécheresse, inondation, etc.), minier (pour les villes où se trouvent – se trouvaient – des mines) et technologique (biologique, chimique, industriel, etc.). Le propriétaire du bien a l’obligation d’annexer ce document au contrat pour toute vente ou location. Pour réaliser ce diagnostic, le propriétaire doit consulter les arrêtés préfectoraux et remplir un formulaire gratuitement.

L’état des risques naturels, miniers et technologiques est valable durant 6 mois (dans le cas d’une location, il l’est pendant toute la durée du bail). Si le propriétaire n’intègre pas ce document à la promesse de vente (ou au dossier de diagnostic technique) et que l’acquéreur (ou le locataire) découvre que le logement est sur une zone à risques, ce dernier pourra attaquer le vendeur pour vices cachés.

Le diagnostic d’installation de l’électricité 

Pour vendre un logement dont l’installation électrique date d’au moins quinze ans, le vendeur a l’obligation de réaliser un diagnostic électricité. Décryptage.

Dans certaines situations, le vendeur d’un logement a l’obligation de faire réaliser un diagnostic électricité de son bien. Explications.

Un propriétaire souhaitant vendre un logement doit obligatoirement réaliser un diagnostic électricité, aussi appelé « état de l’installation intérieure d’électricité », si l’installation électrique de son bien a plus de 15 ans. À noter que pour un bien en copropriété, les parties communes ne sont pas concernées par cette étude. Le diagnostic électrique doit être réalisé avant même la mise en vente du logement, et être intégré au dossier de diagnostic technique immobilier. Seul un professionnel certifié peut l’effectuer.

D’une validité de 3 ans, le diagnostic électricité doit contenir des informations sur l’état des matériels électriques et sur les conducteurs d’électricité. Dans le cas d’anomalies constatées, le vendeur n’a aucune obligation d’engager des travaux. Il doit simplement en informer l’éventuel acquéreur en mettant à sa disposition le diagnostic. S’il ne le fait pas, l’acheteur peut l’attaquer pour vices cachés.

 

 

Le diagnostic mérule : obligatoire ou non ?    

Le diagnostic mérules n’est pas obligatoire dans la plupart des ventes. Malgré cela, il peut être demandé par l’acquéreur dans certains cas. Explications.

Contrairement aux termites, aucun diagnostic immobilier n’est obligatoire pour les mérules. Cependant, il est possible d’en demander un au vendeur dans certaines situations.

La mérule est un parasite qui peut apparaître au sein de logements humides et qui peut endommager la structure de l’habitation. Lorsqu’un vendeur souhaite vendre son bien, il n’est pas obligé de faire réaliser un diagnostic mérule. Cependant, l’éventuel acquéreur peut demander à ce qu’il soit réalisé dans plusieurs cas : le logement est situé dans un département à risque, il est mal aéré ou n’a pas été habité pendant un certain temps, il est insalubre, il présente des traces d’infiltrations, etc. S’il est réalisé, le diagnostic mérule a une validité de 6 mois.

Bien que le diagnostic mérule ne soit pas obligatoire, les vendeurs doivent cependant réaliser un document informant des risques de présence de mérules. Seuls les logements situés au sein des localités définies par un arrêté préfectoral sont soumis à cette obligation. Il est à noter qu’il s’agit d’une simple information et non d’un diagnostic.

Préparer son projet de vente d’un bien immobilier

Vous souhaitez vendre votre appartement ou votre maison ? Avant de mettre votre bien sur le marché, il est crucial de bien préparer votre projet de vente immobilière. Quels sont les frais de vente de votre bien immobilier à prévoir ? Comment estimer la valeur de votre bien ? Comment choisir votre agence immobilière ? Retrouvez les réponses à toutes vos questions au sein de ce dossier.

 

Les frais de vente à prévoir pour une maison ou un appartement

Une vente immobilière entraîne des frais de vente : levée d’hypothèque, frais de notaire, frais d’agence : état des lieux…

Vous vendez votre maison, et vous pensez encaisser la totalité du prix de vente. Eh bien, malheureusement, mauvaise nouvelle : des frais de vente sont à prévoir. Zoom sur ce que vous allez déduire de ce qui vous revient.

Pour vendre votre bien immobilier, certains diagnostics doivent être réalisés. Ces diagnostics sont payants et font partie des frais de vente d’une maison ou d’un appartement. Le coût de ces diagnostics varie entre 300 et 700 euros. Pour réduire les frais de vente liés à ces diagnostics, il est possible de demander des devis auprès de plusieurs diagnostiqueurs.

Si l’achat du bien immobilier mis en vente a fait l’objet d’une hypothèque, la vente dudit bien entraîne des frais de vente de mainlevée d’hypothèque. Les frais de mainlevée d’hypothèque s’élèvent entre 1 et 2% du montant du prix emprunté hors intérêts.

Les frais de vente d’un bien immobilier comprennent également des frais de notaire payés le jour de la vente. Ces frais de notaire pour la vente d’une maison ou d’un appartement se composent des honoraires du notaire ainsi que du montant de la plus-value réalisée, le cas échéant. Les frais de notaire dus lors de la vente d’une maison s’élèvent, s’agissant de la plus-value, à environ 32 % de la plus-value réalisée.

 

 

Comment choisir une agence immobilière pour vendre un bien ?

Choisir une agence immobilière pour vendre son bien est souvent la solution la plus rapide et efficace. Attention toutefois à choisir la bonne.

Faire le choix de vendre son bien immobilier par l’intermédiaire d’une agence immobilière, c’est avoir pour objectif une vente rapide et au meilleur prix. Nos conseils pour sélectionner une agence immobilière.

Première règle pour vendre un bien immobilier : choisir une agence se situant non loin de votre maison ou appartement. De la sorte, l’agent en charge de votre dossier aura déjà une bonne connaissance des prix pratiqués dans le quartier et pourra donc mieux vous conseiller.

L’agence vous accompagnant pendant tout le long processus qu’est la vente d’un bien, il est important d’avoir affaire à un vrai professionnel. Ainsi, il sera en mesure de vous aiguiller, de répondre à vos questions et de s’assurer que tous les documents nécessaires soient réunis et conformes. N’hésitez donc pas à demander la carte professionnelle de l’agence et son attestation de garantie financière.

Pour sélectionner la bonne agence immobilière, renseignez-vous sur les publicités que celle-ci mettra en place afin de vendre votre bien (vitrine de l’agence, site internet, journaux, etc.). De plus, n’ayez pas peur de faire une enquête de notoriété sur une agence auprès de vos proches, de clients ou encore de commerçants du quartier.

Enfin, ne sélectionnez pas nécessairement l’agence immobilière qui fera la plus haute estimation du prix de vente. En effet, il est important de se méfier d’une éventuelle surenchère. Pour cela, demandez les exemples sur lesquels s’appuient les agences pour estimer votre bien.

 

L’estimation de votre bien immobilier

L’estimation d’un bien immobilier : l’étape préalable à une vente immobilière. Comment procéder ? Comment se faire aider ?

Vous avez décidé de vendre votre bien immobilier. Mais à quel prix ? Pour le savoir, il est indispensable de faire une estimation du bien immobilier.

Pour effectuer une estimation du bien immobilier, divers critères sont à prendre en compte. Qu’il s’agisse de la superficie du bien, de la surface du terrain, de l’agencement des pièces et de l’état général du logement et des travaux prévisibles, tous ces éléments sont déterminants pour fixer le prix de vente de votre bien immobilier.

Plus votre logement compte de mètres carrés, plus l’estimation du bien sera élevée. De la même manière, la surface du terrain est primordiale. La fonctionnalité et l’absence de travaux à entreprendre sont des atouts indéniables et permettront d’élever le prix de vente du logement.

D’autres éléments tout aussi importants entrent en jeu dans l’estimation d’un bien immobilier, tels que l’état du marché, l’exposition et la localisation du logement, les prestations offertes et la luminosité.

Pour effectuer une estimation du bien immobilier optimale, il peut être recommandé de faire appel à un professionnel tel qu’une agence immobilière ou un notaire. Leur professionnalisme et leur connaissance du marché vous permettront d’estimer au plus juste le prix de votre bien immobilier.

 

Loi ALUR : modification du régime juridique de droit de préemption urbain (DPU)

Le droit de préemption urbain (DPU) est un régime juridique de droit qui favorise les opérations d’aménagement urbain. Comment a-t-il évolué depuis la loi Alur ?

Dans le cadre d’opération d’aménagement urbain, une personne publique, comme une collectivité territoriale par exemple, peut acheter en priorité un bien immobilier vendu par un particulier ou une entreprise. On parle alors de droit de préemption, lorsqu’un propriétaire n’a pas la liberté de vendre son bien comme et à qui il le souhaite.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour réformer le droit de préemption, la loi Alur (pour un accès au logement et un urbanisme rénové) y est finalement parvenue. Elle apporte des modifications majeures au DPU (droit de préemption urbain) et au droit de préemption en ZAD (zone d’aménagement différé).

Depuis le 27 mars 2014, la loi Alur affiche une forte volonté de mobiliser le foncier disponible. Comment ? En élargissant l’action des intercommunalités et du préfet dans le droit de préemption au détriment des communes. Elle multiplie également le champ d’application du DPU.

Autre objectif, protéger davantage les personnes préemptées tout en clarifiant les règles et mécanismes du droit de préemption.

Comment trouver un acheteur ?

Pour vendre sa maison ou son appartement, le plus important est de trouver un acheteur comme vous le savez. Mais ce qui paraît simple sur le papier l’est beaucoup moins en réalité. Au sein de ce dossier, vous trouverez nos conseils pour vendre votre bien rapidement et au bon prix. Home staging, choix de l’agence immobilière, mandat de vente… : voici tout ce qu’il faut savoir pour vendre sa maison ou son appartement.

 

Comment bien vendre sa maison ?

Pour vendre rapidement et au meilleur prix sa maison, il est nécessaire de suivre quelques conseils.

Vendre son bien immobilier, c’est bien, mais le vendre rapidement et au meilleur prix, c’est encore mieux. Voici quelques astuces pour bien vendre sa maison ou son appartement.

Une grande majorité des acheteurs se fait une idée de son bien immobilier en moins de 5 minutes. Par conséquent, pour bien vendre sa maison, il est indispensable de soigner l’intérieur et l’extérieur de votre bien. Comment bien vendre sa maison sans dépenser une somme d’argent exorbitante ? Usez du home staging, passez la tondeuse, nettoyez les fenêtres, effectuez les menues réparations afin que les acquéreurs soient séduits.

Une juste estimation du prix de vente de votre bien immobilier est la clé pour bien vendre votre maison ou votre appartement. Un prix de vente trop élevé risque de faire fuir les potentiels acquéreurs. Les agences immobilières proposent des estimations gratuites de la valeur des biens immobiliers.

Pour bien vendre son appartement, il est possible de confier la vente à une agence immobilière via un mandat simple ou un mandat exclusif. Les agences immobilières permettent de vendre plus rapidement grâce à leur portefeuille de clients acquéreurs et leur professionnalisme. Comment bien vendre sa maison quand on décide de la vendre seul(e) ? Soignez votre annonce immobilière, ajoutez-y des photos de votre logement, et soyez professionnel(le) lors des visites.

 

Home staging : conseils et grands principes

Vous n’arrivez pas à vendre votre bien immobilier ? Peut-être que le home staging est la solution à votre problème. Nos conseils pour le réussir.

Démocratisé par différentes émissions TV, le home staging a le vent en poupe pour accélérer une vente immobilière. Nos conseils pour un home staging réussi.

Le home staging consiste à valoriser un bien immobilier destiné à la vente afin de le présenter dans les meilleures conditions. Un concept qui semble porter ses fruits, puisque plusieurs études estiment qu’un logement ayant subi un home staging se vendra en moyenne en moins de 20 jours contre 127 jours sans intervention.

Afin de déclencher le coup de cœur, plusieurs règles sont à suivre pour un home staging réussi. Tout d’abord, il est primordial de désencombrer l’espace. Enlevez tous les objets et meubles inutiles qui pourraient donner l’impression que le bien est plus petit que sa superficie réelle. Pensez également à réparer tous les petits défauts de votre maison ou appartement. Une plinthe décollée, un robinet qui fuit, un fil électrique qui traine… autant de défauts qui peuvent donner une mauvaise impression et qu’il est facile de corriger. Cela paraît évident, mais il est aussi incontournable de ranger et de nettoyer le bien mis en vente. Alors, ne laissez plus trainer des chaussures dans l’entrée ou des couverts sales dans l’évier.

Le home staging repose également sur la dépersonnalisation de votre logement. Enlevez les photos, les dessins de vos enfants, les jouets… afin que l’acquéreur puisse plus facilement se projeter. Enfin, il faut repenser son intérieur pour que chaque pièce retrouve une utilité et une fonction claire. N’oubliez pas, sobriété et simplicité sont vos seuls mots d’ordre.

 

Le rôle de l’agence immobilière

L’agence immobilière agit en qualité d’intermédiaire dans une vente immobilière. Découvrez son rôle et ses missions.

Vous avez décidé de vendre votre bien immobilier par l’intermédiaire d’une agence immobilière. Découvrez quel sera le rôle de l’agence immobilière dans cette grande aventure.

Dans le cadre d’une vente immobilière, l’agence immobilière agit en tant qu’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur. Son rôle est de rapprocher acheteur et vendeur pour conclure une vente immobilière.

Le rôle de l’agence immobilière est défini dans le mandat de vente que le vendeur confie au professionnel. Ce mandat qui peut être un mandat simple ou un mandat exclusif est établi par écrit. Ce document définit le rôle de l’agence immobilière selon ce qui a été décidé entre le vendeur et le professionnel de l’immobilier.

Les agences immobilières proposent à leurs clients d’intervenir :

-pour estimer le prix de vente du bien immobilier ;

– pour trouver des acquéreurs potentiels ;

– pour effectuer des visites du logement ;

– pour représenter et assister le vendeur lors de la signature de l’avant-contrat ;

– pour représenter et assister le vendeur le jour de la signature de l’acte définitif de vente devant le notaire ;

– pour conseiller le vendeur tout au long de la mise en vente du bien immobilier.

 

Le mandat de vente immobilier

Pour déléguer la vente d’un bien, un particulier peut faire appel au mandat de vente immobilier. Il autorise alors une tierce personne à agir, négocier… en son nom et pour son compte.

Le mandat de vente immobilier est une action par laquelle une personne (le mandant) délègue à une autre (le mandataire) la possibilité d’agir pour elle, en son propre nom lors de la vente d’un bien immobilier. En pratique, dans le cas d’une transaction immobilière, il est fréquent de recourir à un mandataire, un agent immobilier par exemple, qui connaît les attentes du mandant, mais aussi les règles précises de l’immobilier. La vente est ainsi facilitée.

Il existe plusieurs types de mandats de vente.

  • Le mandat simple qui permet au vendeur de conserver sa liberté. Il peut ainsi librement vendre son bien seul, passer par un autre intermédiaire ou faire appel à son mandataire immobilier attitré, l’agent immobilier. Dans ce cas de figure, l’agent immobilier n’est pas protégé. Le vendeur peut vendre son bien comme bon lui semble sans en informer son mandataire.
  • Le mandat exclusif qui protège le mandataire. Le mandant (le vendeur) ne peut lui-même négocier la vente de son bien. L’action est réservée au mandataire seul. Pour que le mandat exclusif s’applique, il doit être précisé par une clause écrite dans le contrat. En l’absence de précision, le mandat simple prévaut toujours.

 

Vendre un bien immobilier sans agence

Vendre son bien immobilier sans agence permet d’économiser près de 5 % du montant de la transaction. Voici nos conseils pour une vente réussie.

Les particuliers souhaitant vendre un bien immobilier sans agence sont de plus en plus nombreux. Et lorsqu’on sait qu’il est possible d’économiser 5 % en moyenne sur le montant de la transaction de la sorte, on comprend mieux pourquoi. Voici quelques règles à suivre pour une vente réussie.

La première étape consiste à réunir tous les documents obligatoires et utiles à la vente. Justificatif de situation personnelle, titre de propriété, dossier technique, diagnostic de performance énergétique, attestation du syndic… rien n’est à oublier. Pour vendre un bien immobilier sans agence, il est primordial également d’estimer son bien à sa juste valeur. Pour cela, n’hésitez pas à comparer les prix des logements similaires en vente. Néanmoins, pour cette étape il est souvent préférable de faire appel à un notaire ou à un expert immobilier. Dernière tâche avant de mettre son bien en vente : rédiger l’annonce. La clé du succès est d’être concis et précis, n’omettez aucun élément important : prix, coordonnées, superficie, étage, nature du bien, etc.

Vient ensuite l’étape des visites. Ici, il n’y a pas de secret : il faut être organisé et disponible. Préparez-vous au préalable à toutes les questions qu’un éventuel acquéreur pourrait vous poser. N’hésitez pas non plus à remettre un petit dossier contenant toutes les informations du logement aux visiteurs. Pour vendre votre bien immobilier sans agence, il vous faut maintenant formaliser la vente à travers la signature du compromis de vente. Celle-ci doit obligatoirement être réalisée devant un notaire. Il s’occupera des vérifications en vigueur et pourra ensuite vous permettre de conclure la vente en vous faisant signer l’acte de vente.

 

La vente d’un appartement via les annonces immobilières

Découvrez nos conseils pour réaliser la vente de votre appartement via une annonce immobilière et sans passer par une agence.

Passer par une agence immobilière pour vendre un bien entraîne des frais supplémentaires. C’est la raison pour laquelle de nombreux vendeurs font le choix de vendre leur appartement grâce aux annonces immobilières. Toutefois, plusieurs règles sont à respecter pour réaliser une bonne annonce. Tout d’abord, il est primordial de mettre en avant les points forts de votre appartement et de n’omettre aucun élément : localisation, superficie, nombre de pièces, étages, transports à proximité, etc. Pour autant, il faut être honnête dans votre annonce immobilière pour éviter des visites inutiles. Si par exemple les murs ont besoin d’un petit rafraîchissement, précisez-le. De toute façon, les éventuels acquéreurs le découvriront tôt ou tard.

Pour réaliser la vente de votre appartement, il vous faut estimer votre bien au juste prix. Pour cela, consultez le marché local. Enfin, dernier élément et non des moindres : les photos. Hors de question de les prendre à la va-vite, cela découragerait plus d’un acheteur. Prenez un maximum de clichés, sous différents angles et de chaque pièce (y compris les parties communes et la façade). Ajouter le plan de votre appartement est un plus indéniable. Au final, le secret d’une vente rapide, c’est de donner aux acheteurs un maximum d’informations objectives.

 

Comment vendre sa maison rapidement ?

Trouver le juste prix, désengorger, dépersonnaliser, s’investir…, découvrez tous nos conseils pour vendre sa maison rapidement.

Vendre son logement peut parfois prendre du temps, surtout dans des zones où l’offre est supérieure à la demande. Voici quelques conseils pour savoir comment vendre sa maison rapidement.

Pour vendre sa maison rapidement, il n’y a pas de secret, juste du bon sens. La première étape consiste à trouver le bon prix pour votre logement. En le surestimant, vous avez de fortes chances de réduire de moitié le nombre d’acquéreurs potentiels. Et si vous êtes vraiment pressé(e), il faudra peut-être même songer à être légèrement en dessous des prix du marché afin de vendre votre maison encore plus rapidement. Ensuite, il convient de donner une seconde jeunesse à votre habitation. Exit les cadres, les jouets en pagaille, les meubles trop imposants… Il faut lisser le plus possible votre intérieur afin qu’un maximum de personnes puisse s’y projeter. N’hésitez pas d’ailleurs à faire quelques réparations, si besoin est.

Ensuite, pour vendre sa maison rapidement, il est nécessaire de mettre en confiance les visiteurs. Pour cela, n’en faites pas trop. Décrivez sommairement votre logement durant les visites et surtout, confiez-leur directement un dossier technique. De la sorte, votre maison n’aura déjà plus aucun secret pour eux. Enfin, dernière clé du succès : l’investissement. Il ne faut pas hésiter à remonter ses manches et à s’investir corps et âme dans tout le processus de vente afin de l’accélérer.

 

Comment évaluer son bien immobilier ?

pictos2

Difficile de donner une estimation de la valeur de son bien immobilierSi les agents immobiliers restent les mieux placés pour vous aider dans cette évaluation, vous pouvez de vous-même déterminer un premier prix grâce à quelques critères objectifs.

Daprès un récent sondage livré par Vivastreet.com, 35,4 % des personnes interrogées passeraient par une estimation en ligne pour estimer leur bien immobilier, contre 35,2 % qui se tourneraient vers une agence. Parmi les autres possibilités, 21,1 % disent préférer faire appel à un notaire et 8,3 % se tourneraient vers un proche. Cette enquête révèle que si les professionnels de limmobilier gardent la cote et la confiance dun nombre conséquent de propriétaires, ceux-ci sont tout de même de plus en plus nombreux à saider des outils d’évaluation disponibles sur Internet, qui ont lavantage d’être plus simples, rapides et surtout gratuits.

Critère n°1 : lemplacement du bien

Gratuit aussi, la possibilité pour un propriétaire de faire une première évaluation de son appartement ou de sa maison en faisant le listing de ses particularités. Premier critère : lemplacement du bien, géographiquement mais aussi par rapport aux services à proximité, aux transports et à lexposition au soleil. Viennent ensuite la taille du logement (plus il est grand, moins le m²est cher), l’âge et la qualité de la construction, ainsi que les équipements (intérieur et extérieur) du bien. Enfin, il est important de prendre en compte le contexte du marché de limmobilier à linstant T.