Augmentations de loyer : la moitié des propriétaires préfère ne pas les appliquer

Quelles sont les habitudes des propriétaires en matière d’augmentations de loyer ? Une récente enquête menée par Gereseul.com, site Internet d’assistance à la gestion locative, auprès de 3 500 propriétaires bailleurs, révèle qu’elles sont mitigées.

Un peu plus de la moitié des propriétaires n’augmente pas systématiquement les loyers au cours d’un bail. Ils sont en effet 52 % à ne pas appliquer les révisions de loyer légales qui peuvent intervenir chaque année. Pourquoi ne pas y avoir recours alors que l’opération pourrait s’avérer plutôt lucrative ? Selon le commanditaire de l’enquête, ces propriétaires ne sont pas si regardants sur de potentiels bénéfices supplémentaires car ils préfèrent privilégier la relation entretenue avec leur locataire. Et qui dit augmentations de loyer incessantes, dit risque de départ du locataire ou pire encore, risque de loyers impayés ! L’objectif de la manœuvre est donc de fidéliser le locataire afin de maintenir un bon rendement locatif. 48 % des propriétaires demeurent néanmoins insensibles à cette théorie et préfèrent réviser le montant du loyer régulièrement…

Augmentation de loyer : mode d’emploi

Pour qu’une augmentation de loyer soit applicable, elle doit être calculée selon l’Indice de référence des loyers (IRL) qui peut intervenir chaque année à la date anniversaire du bail. Par exemple, si vous aviez un loyer de 620 euros mensuel et que la révision intervient avec le nouvel indice du 4e trimestre 2012, il pourra alors vous être demandé de payer dorénavant la somme de 631,67 euros. Une augmentation de 11,67 euros par mois qui ramené sur un an vous fera tout de même débourser 140,04 euros de plus !
Pour info, le calcul correspond au montant du loyer actuel x (IRL / IRL du même trimestre un an plus tôt).

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire