Augmentation de la taxe foncière : êtes-vous parmi les plus touchés ?

Après une période d’accalmie, la taxe foncière repart à la hausse. Bien sûr, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. C’est ce que révèle l’étude annuelle de l’Union nationale de la propriété immobilière.

Entre 2009 et 2014, la taxe foncière a augmenté de 16,42 % en moyenne. Cette année, vingt grandes villes ont connu une hausse significative, c’est-à-dire deux fois plus qu’en 2014. Dans les cinquante plus grandes villes de France, l’impôt a connu 2,2 % de hausse alors que l’inflation s’est établie à 0 % en septembre sur un an.

Des hausses inégales

Alors que la revalorisation automatique devait s’établir à 0,9%, certaines villes ont pourtant choisi d’augmenter le montant de la taxe foncière bien au-delà. Ce sont les habitants de Lille qui ont le plus souffert de cette hausse (+14,56 %). Viennent ensuite Strasbourg (+9,62 %), Toulouse (+7,76 %), Lyon (+6,65 %), Toulon (+6,6 %), Bordeaux (+5,41 %) et Créteil (+5,27 %). En revanche, les habitants de Roubaix (-0,04 %), Caen (+0,32%) et Tourcoing (+0,76%) sont restés sur un montant similaire à celui de l’année passée.

Des revalorisations à tous les niveaux

Pourquoi cette envolée de la taxe ? « En 2014, année électorale, toutes les grandes villes avaient calmé le jeu », explique Jean Perrin, président de l’UNPI dans un article du Figaro. Mais pas seulement. En effet, la revalorisation annuelle des valeurs locatives (+7,94 %) et l’augmentation des taux d’imposition fixée par les communes mais aussi par les départements (+7,86 %) sont  en cause.

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire